Nadia Larguet quitte 2M

Depuis que Nadia Larguet a annoncé qu’elle allait peut être arrêté son émission phare pour toute une génération de fidèles téléspectateurs, on se demande bien ce qui va alimenter encore le volet divertissement sur la grille de 2M…
Entre provoc’ et fraîcheur notre starlette nationale dérange mais elle reste malgré tout celle qui a donné un souffle d’innovation à notre petit écran en créant un espace privilégié pour nos jeunes en mal d’activités…
Et ils en redemandent depuis que la rumeur de son départ a sonné le glas sur les programmes de 2M, en tout cas en matière de divertissement….
Alors quittera quittera pas ? That is the question… Mais avant tout faisons un petit tour du côté du parcours de notre jeune starlette Né à Rabat, d’un père oujdi Boujamâa Larguet, bien de chez nous, et d’une mère bien française, Colette Saillard, la petite Nadia a eu une enfance plutôt heureuse… Passage obligé des enfants «made in» couple mixte, la mission française : Ecole Albert Camus à Rabat, suivie du lycée Descartes directement sans aucun passage par le collège…Son avis sur le lycée «Je m’y ennuyais ferme et dans mon coin je me disais qu’un jour je prendrais ma revanche sur l’ennui en faisant quelque chose qui me brancherait vraiment.». Et la télévision ça la branche, Nadia : «Je suis une enfant de la télé une vraie ! VERITABLE accro je passe mon temps à zapper et à apprendre… », déclare-t-elle. Tellement accro qu’en 1992, avec son bac A2, lettres et langues, en poche, elle décide dans un élan naturel d’aller en France pour attaquer des études en Histoire de l’art option Cinéma et Audiovisuel, à l’université Paris VIII. Parallèlement, elle multiplie les petits boulots : hôtesse d’accueil dans les grands cinémas parisiens, ou encore dans les Points Soleil…
Mais ce qui est réellement déterminant dans sa vie c’est son stage à Canal +, un stage qu’elle décroche au hasard alors qu’elle regarde le panneau d’affichage de la faculté. Encore débordante de cette expérience, elle rentre au Maroc. Encore par hasard, elle passe un casting et se retrouve projeter dans le milieu de l’audiovisuel, d’abord comme speakerine : elle annonce par des petits jingles les séries, le JT… Et puis très vite c’est le début d’Entrac’t, le 4 octobre 1997, version 6 minutes. Depuis l’émission est passée à 13 puis 26 minutes en arabe et français et enfin exclusivement en français. Nadia, du statut d’animatrice en est devenu la productrice. L’émission est un pur divertissement, un rendez-vous de détente, mais elle est surtout le seul et véritable espace d’expression pour nos jeunes et talentueux artistes marocains trop méconnus… Bien sûr l’information ainsi que l’emploi y occupent une place prépondérante. Aujourd’hui et bien malgré elle, Nadia fait une pause « Grosse fatigue »… Eh oui ! « 5 ans d’Entrac’t, ça use, ça use… », fredonne-t-elle… Pour la comprendre, il faut savoir qu’Entrac’t c’est 3 jours de tournages et 3 jours de montages et un jour, le dimanche, pour la préparation. Tout cela se fait, il est vrai quelquefois au détriment d’un contenu que l’on souhaiterait voir plus approfondi… Mais le nouveau souffle est là, les idées sont là, l’audace est au rendez-vous… Et justement si Nadia quitte l’antenne ce n’est que pour mieux la reprendre. Elle reste néanmoins à la disposition de tous ses fans comme à son habitude. Elle voudrait pouvoir leur préparer un véritable magazine à part entière, à l’image des émissions en Europe, avec les moyens qui s’imposent, des chroniqueurs et plus de rubriques… Un cocktail explosif qui risque fortement d’aboutir, connaissant la ténacité et la patience de notre jeune starlette qui joue aujourd’hui dans la cour des grands. En attendant de réaliser ses projets Nadia s’occupera des castings mais aussi du choix des concepts auprès d’Omar Salim, qu’on ne présente plus.
Côté privé, notre jeune starlette baigne apparemment dans le bonheur le plus complet. Elle ne dément pas un éventuel projet de mariage et parle même de Bébé… En tout cas qu’elle se marie ou pas, qu’elle fasse un bébé ou pas… nous tout ce qu’on espère c’est qu’elle nous revienne en pleine forme…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *