New York loves Morocco

New York loves Morocco

Depuis près d’un an, le Maroc se fait de plus en plus remarquer à New York. Que ce soit dû au nombre grandissant d’immigrants marocains aux Etats-Unis ou au fait que de plus en plus d’Américains visitent le Maroc, mais peut-être aussi depuis que les réseaux sociaux tels que Pinterest ont habitué l’oeil nord-américain à l’esthétique marocaine, l’intérêt pour notre pays est vif et soutenu dans la Grosse Pomme.

Les tapis marocains ne sont plus rares dans les vitrines des boutiques de déco, les poufs en cuir roses, verts, jaunes et bleus ont beaucoup de succès et toute fashionista qui se respecte possède une jolie paire de babouches. La gastronomie talonne de près la décoration intérieure et plusieurs excellentes petites adresses commencent à se faire un nom aux quatre coins de la ville. La cosmétique n’est pas en reste à en croire le fabuleux engouement pour l’huile d’argan, qui est devenue en moins d’un an la star incontestée des rayons beauté new- yorkais. Premier de la série New York loves Morocco: un tour d’horizon des restaurants qui rendent hommage «au plus beau pays du monde».

Café Gitane

242, Mott Street (Nolita) & 113, Jane Street (West Village).
www.cafegitanenyc.com

Pionnier des cafés directement inspirés du Maroc, le premier Café Gitane a ouvert ses portes il y a exactement 20 ans sur Mott Street, dans le quartier de Nolita (North Little Italy). Le propriétaire Luc Levy est né à Casablanca où il a passé les 16 premières années de sa vie. L’influence du Casa des années 60 est nette dans chacun de ses établissements où il a su raviver l’ambiance des cafés populaires de la ville blanche. Le portrait de Hassan II trône fièrement dans le Café Gitane du Jane Hotel et une ancienne carte du Maroc a été offerte par un client pour orner l’un des murs de celui de Mott Street – «avec les noms des villes sous le Protectorat : Mogador, Port Lyautey, Fedala…», s’enthousiasme Mr Levy.
Le menu, abordable et délicieux, propose des petits plats reconnaissables comme des olives aux épices marocaines, la salade de carottes à l’orange, menthe et coriandre ($6,50), le couscous au poulet ($17), les keftas aux œufs ($16) ou encore l’incontournable thé à la menthe ($5) ou le jus d’oranges pressées ($4,50).

Antonioni’s
 

177, Chrystie Street (Lower
East Side).
www.antonionis.com

Dernier-né des établissements de Mr Levy, Antonioni’s ressemble à s’y méprendre à un restaurant casablancais des années 50. Le bar arrondi en bois tabac habillé de tabourets en cuir aux pieds cuivrés, le papier peint rouille à motifs naïfs, les nappes à carreaux rouges et blancs, le téléphone en bakélite noire et les photos de Mohammed V et Mohammed VI surveillant le bon déroulement des affaires participent à recréer l’ambiance d’un Casablanca fantasque et oublié. Le barman est en cravate et uniforme blanc et la cuisine d’inspiration italienne propose des plats typiques à bon prix, tels que le gratin de moules aux épinards ($9), les fetuccine aux champignons sauvages ($14), les artichauts frits ($12), les pizzas ($13) ou le tiramisu ($9) pour finir en douceur.

Pause Café
 

3 Clinton Street (Lower East Side)
www.pausecafenyc.com

Créé et impeccablement tenu par Amine Sadki et son épouse japonaise Tita, ce minuscule café et bar à jus de fruits ravit ses clients chaque jour plus nombreux. Extrêmement chaleureux et confortable, habillé de tissus marocains et décorés de tableaux représentant des scènes de chez nous, Pause Café propose de délicieuses pâtisseries marocaines (macarons amandes-coco, $3,75 les 2), un thé à la menthe et un café crème dignes de ce nom ($2,50 et $2), des sandwichs chauds et froids (Merguez, thon, dinde ou végétarien à $4,50), la harira du jour ($5), des jus de fruits et smoothies (de $4 à $6) et des petits plats savoureux comme leur fameux zaâlouk accompagné de pita tiède ($3,50)… On se sent «comme à la maison» dans ce petit café de quartier où la gentillesse et la qualité de l’accueil d’Amine arrivé du Maroc il y a tout juste 6 ans, facilite l’amitié entre clients et offre un petit bol d’oxygène marocain à toute personne en manque de sa terre natale.

Haven Rooftop

132 West 47th Street (Midtown).
www.havenrooftop.com

Ouvert en 2011, le toit du Sanctuary Hotel s’est peu à peu taillé une réputation de «place to be», notamment depuis qu’il a été selectionné dans le top dix des meilleurs rooftops de New York. Le concept est simple et efficace : changer entièrement de décor et de thème deux fois par an.
Après s’être habillé aux couleurs de St Tropez cet été et à celles d’un chalet savoyard l’hiver dernier, l’équipe du Haven a décidé de suivre la tendance et de réchauffer l’ambiance cet hiver en créant leur «Moroccan Oasis».

Tout y est : tapis orientaux, tables basses en bois orné de peintures arabisantes, lanternes de cuivre, poufs en cuir, véritables petits palmiers judicieusement placés, lumières tamisées, danseuses orientales…

On se croirait à Marrakech si ce n’était la vue plongeante sur les buildings voisins et les rues attenantes à Times Square. Idéal pour un verre après le boulot (les cocktails à $14 tels que le Casablanca Old Fashioned ou le Tangier Protocol ont été imaginés à propos par Isaac Grillo, un des meilleurs mixologistes américains basé à Miami), un dîner léger en amoureux (Harira à $8 ou Arabian Tacos à $14) ou une soirée entre amis autour d’un couscous ou d’un tagine poulet ($24) au son choisi et savamment distillé par le DJ franco-tunisien Faze, Haven Rooftop donne à toute soirée un air de mille et une nuits.

Par: Eve Boisanfray
       New York

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *