Nuit des Jamours : Le public à l’honneur

Deux chaînes seulement en 40 ans de télévision. C’est insuffisant pour un pays qui regorge de potentialités dans ce domaine et qui aspire à intégrer la société de l’information. Dans sa configuration actuelle, le paysage télévisuel national a de quoi cultiver la culture du zapping chez le téléspectateur. Mais les temps changent. Avec l’ouverture du secteur de l’audiovisuel, on assistera certainement à la création de nouvelles stations de radio et de télévision privées (des chaînes existent même sur le papier !). Ce qui donnera lieu à une émulation au niveau de la création audiovisuelle nationale. Le paysage ne sera pas le même. Place donc au professionnalisme. C’est dans ce contexte que sera placée la troisième édition de la Nuit des Jamours.
Cette manifestation aura lieu en principe le 2 décembre 2002 au théâtre Mohamed V à Rabat. Ce festival récompense les meilleurs programmes de télévision des deux chaînes nationales et les animateurs les plus talentueux. Pour cette année, les organisateurs réservent certaines catégories au vote du public. La compétition porte sur 26 catégories, dont certaines sont nouvelles, annonce-t-on auprès des organisateurs.
L’objectif étant de toucher tous les genres des programmes télé produits par les deux chaînes nationales. Auprès du comité d’organisation, on indique aussi que l’ensemble des opérations de vote sera placé sous le contrôle d’un notaire. Crédibilité et transparence obligent ! La Nuit des Jamours est l’occasion aussi de rendre hommage aux vétérans de la télévision nationale. Lors de la précédente édition, les Jamours honorifiques ont été attribués à Habiba El Madkouri, Badiaa Rayane et Driss El Allam.
Pour l’édition 2003, les organisateurs affinent les dernières retouches pour assurer le succès de cet événement qui réunit le temps d’une soirée les professionnels de l’audiovisuel national.
Récompenser les meilleures productions télévisuelles est une initiative louable, encore faut-il que les deux chaînes puissent hisser le niveau de leurs programmes en fonction des attentes d’un public en quête de production de proximité. Ceci ne peut se faire sans le développement d’une industrie de la production privée. C’est d’ailleurs la tendance au niveau international : les chaînes de télévision ne produisent plus, elles deviennent des diffuseurs de programmes qui réalisent des niveaux records en matière d’audience.
D’où d’ailleurs la nécessité de consolider ce genre de tradition qui permettra d’évaluer la qualité des programmes des deux chaînes de télévision nationales et de recenser les attentes du public.
Derrière cette initiative, on trouve l’entrepreneur et le mécène, Faouzi Chaâbi, et le comédien Rachid El Ouali. Ils ont réuni leurs efforts pour créer une émulation entre les acteurs de la télévision et contribuer à rehausser la qualité de la production télévisuelle nationale. Pour cette année, le comité d’organisation a élargi le collège des votants. Le collège est constitué de plus de 100 professionnels issus du secteur de la télévision et des figures du champ culturel.
Notons que lors de la dernière édition, plusieurs professionnels ont été récompensés : Fatiha Hbabaz, Malika Malak, Abderrahmane K Hayat, Atik Ben Chiguer, Bouchra Charaf, Daoud Oulad Sayed, Mohamed Menkhar, Sanae Zaïm ainsi que Mohamed Miftah, Hassan El Fed, Touria Alaoui et Mohamed Bouanani.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *