Objets d’art : Qui dit mieux ?

Objets d’art : Qui dit mieux ?

La Compagnie marocaine des oeuvres & objets d’art (CMOOA) maintient le cap. Première compagnie à se lancer dans la vente aux enchères d’objets d’art, la CMOOA récidive. Ceci à travers une vente aux enchères, la huitième du genre en l’espace de 2 ans, aura lieu le samedi 25 septembre à 17 h à l’hôtel des ventes de Casablanca. Au menu : meubles estampillés, peinture moderne occidentale et marocaine, peinture orientaliste et autres pièces rares.
La nouveauté de cette opération n’est autre que des meubles estampillés, vendus aux enchères pour la toute première fois au Maroc. Et pour cause, il est très rare de trouver au Maroc des objets de design, antérieurs à 1950, avec la marque patente de leur auteur. Les objets en question sont signés par des designers comme Jules Leleu ou Eric Bagge. Cette vente sera également l’occasion de présenter des objets art déco, représentés par une sélection de fauteuils, appliques, lampes et tables.
Deux créations de Raymond Loewy, un cabinet à bâti et une enfilade à bâti datant de 1969, attireront dans ce sens une attention particulière. Cet artiste, à qui l’on doit, entre autres, la coquille Shell, le paquet de cigarettes Lucky Strike et les logos d’Air France et de British Petrolium, est considéré comme le père de l’esthétique industriel. Ses créations en vente à Casablanca ont la particularité de combiner plusieurs matières modernes (aluminium, plastique), ainsi que des couleurs chaudes comme le rouge et l’orange. Le grand Pablo Ruiz Picasso figure parmi les noms qui seront également présents lors de cette vente du 25 septembre. Ce sera à travers une céramique, voir une peinture de ce grand artiste étant un peu prématuré.
Fernand Léger, à travers une sculpture polychrome, sera également de ces enchères. S’agissant de peinture, il y en aura pour toutes les sensibilités. La peinture moderne occidentale sera représentée à travers un tableau du Français Robert Combas, maître de la nouvelle figuration et valeur sûre de l’art moderne.
La peinture marocaine n’a pas été négligée. Chaïbia Tallal, qui fut la révélation de la vente du mois de juin avec des cotes jamais égalées jusque-là, sera bien représentée avec des gouaches et une peinture. Fquih Regragui, qui a les faveurs de nombreux collectionneurs, promet des enchères soutenues. La qualité de trois tableaux de Jilali Ghrabaoui, également en vente, «est littéralement éblouissante», nous indique un communiqué de la CMOOA. Sans oublier celle d’autres artistes-peintres comme Hamri, Mohamed Ben Allal, Mohamed Kacimi, Abbas Saladi et Ahmed Ben Yessef.S’il est un secteur qui a fait la réputation de la CMOOA, c’est bien la peinture orientaliste. Des tableaux de Henri Pontoy, Odette Bruneau, Jean-Gaston Mantel, Louis Endrés et Hussein Semiha font partie des lots qui seront soumis à l’appréciation des collectionneurs. D’autres pièces rares seront aussi proposées. En particulier deux Corans ottomans calligraphiés. L’un date du XVIIIe siècle. L’autre du XIXe. Un événement à suivre de près, de même que les opérations initiées par cette compagnie, qui brille par sa régularité et sa constance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *