Omar Mahfoudi : «Cette exposition est un hommage à l’homme préhistorique»

Omar Mahfoudi : «Cette exposition est un hommage à l’homme préhistorique»


ALM : Vous exposez actuellement à la galerie Fan-Dok de Rabat, que pouvez-vous nous dire de cette exposition intitulée « Animalité » ?
Omar Mahfoudi : Je remercie Hakima Lebbar responsable de la galerie Fan-Dok de m’avoir donné cette occasion afin de dévoiler mes œuvres au public rbati pour la première fois. À travers cette exposition, je présente vingt cinq œuvres variées entre grand et moyen format.

L’animalité occupe une place importante dans vos toiles, pourquoi ce choix?
Au début de mon parcours, j’ai commencé à travailler sur le corps humain, et la figure. À travers cette exposition, je veux présenter l’angoisse animale de l’homme. Cette exposition représente un hommage à l’homme préhistorique qui a dessiné des animaux dans des grottes.

Vos œuvres expriment une certaine violence et colère. Qu’en pensez-vous?
Je n’aime pas la violence, je suis pour le dialogue et la tolérance. Je peux dire que suis une personne anti-esthétique. L’art représente pour moi l’auto-thérapie, par laquelle je cherche interminablement l’inconnu de ma nature.

Quelle est votre source d’inspiration?
Tout simplement, je m’inspire de la vie, avec sa douleur et sa joie

Vous êtes réalisateur et artiste-peintre, comment conciliez-vous entre ces deux métiers ?
J’ai commencé à réaliser des courts métrages au début de ma carrière à travers des images stables. Je pratique la photographie et également la peinture. Je me considère tout simplement un artiste qui transmet des idées et des images.

Quels sont vos projets ?
Pour le moment, je profite d’une petite pose après avoir exposé mes œuvres à Casablanca, Tanger, Madrid et Rabat. Dans les prochains jours, je commencerai à préparer le tournage d’un court métrage à Tanger.


Biographie de Omar Mahfoudi

Omar Mahfoudi est né à Tanger en 1981. Après avoir étudié les arts plastiques, il compte à son active plusieurs expositions à Tanger, Casablanca, Rabat et Marrakech (Fondation Lerchundi, Institut Cervantes, Villa des arts, Galerie Dar d’art…). Il a participé aux ateliers « Docmaroc » à la cinémathèque de Tanger, et il a commencé à filmer en 2007. Depuis, il a réalisé sept courts métrage, son courts métrage « La cage » a été projeté récemment lors du Festival Cinéma jeune talents de la cinémathèque de Tanger.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *