Omar Metioui : «Nous allons réserver une partie de la programmation à la musique traditionnelle du Pakistan»

Omar Metioui : «Nous allons réserver une partie de la programmation à la musique traditionnelle du Pakistan»

ALM : Une veillée musicale et religieuse organisée dernièrement par votre association a été animée par le nouveau groupe Oud Raman. Pouvez-vous nous présenter ce groupe musical?
Omar Metioui : L’ensemble Oud Raman vient d’être créé il y a deux mois au sein de notre association. Il est constitué par de jeunes intellectuels et universitaires. Le groupe Oud Raman est dirigé par le jeune musicien tangérois Rachid Tsouli et comprend aussi quelques fondateurs et membres de Confluences musicales tels que Brahim Filali et Driss Mhawar. Oud Raman chante lors de cette soirée deux compositions de l’ancien musicien Mustapha Tsouli. Le groupe y présente quelques répertoires de musique arabe et orientale et du madih. Il interprète aussi de beaux morceaux puisés de notre patrimoine traditionnel de la région du nord tel que «Hourm Ya Rassoul Allah». Un hommage est rendu, lors de cette soirée, à l’artiste Mustapha Tsouli.

Est-ce que cette veillée s’inscrit dans le cadre des activités organisées annuellement au Borj Hajoui?
Confluences musicales organise cette veillée musicale pour commémorer ensemble la fête d’Al Mawlid et de présenter le nouveau groupe Oud Raman. Notre association a pris l’habitude d’ouvrir, chaque jeudi, ses portes aux Tangérois en général et aux mélomanes en particulier. L’ensemble musical Rawafid veut ainsi être en contact avec son public et contribuer à la préservation de notre tradition musicale andalouse Al-Ala. D’ailleurs, nous sommes confiants quant aux efforts menés par le nouveau ministre de la culture en la matière. Nous organisons, chaque vendredi, une autre soirée de musique orientale et arabe classique animée par les deux nouveaux orchestres, formés au sein de Confluences musicales et dirigés respectivement par Rachid Tsouli et Bachir Ben Yahya. En plus des deux soirées musicales hebdomadaires, nous organisons entre autres des signatures de livres dont celle de Amine Chaachoue. Le siège de notre association abritera, prochainement, la signature de la nouvelle édition de ce même livre sortie en langue castillane.

En tant que musicien et chef d’orchestre Rawafid, quelles sont vos nouveautés?
Je continue avec les autres membres de Rawafid à donner, chaque jeudi, nos concerts hebdomadaires au siège de Confluences musicales. Nous participons, le 25 février, au prochain Festival de musique andalouse de Fès. En parallèle, je partage avec l’artiste espagnole Begoña Olavide l’expérience de chercher et puiser dans la musique ancienne et médiévale et reprendre d’anciens répertoires, et ce pour renforcer ce pont culturel entre l’Espagne et le Maroc.  

Qu’en est-il de votre projet du centre des musiques?
Nous travaillons toujours pour l’aboutissement de ce projet, à savoir à la création d’un centre des musiques traditionnelles de Tanger. Le projet s’intéresse à l’initiation et la formation dans la lutherie et la fabrication des instruments de musique. Entre- temps, nous avons réussi à former deux nouveaux groupes musicaux au sein de notre association lesquels continuent de poursuivre leur formation et répétitions au siège de Confluences musicales. Notre objectif englobe aussi la réalisation d’un musée des instruments de musique au Borj Hajoui.

Est-ce que vous avez déjà entamé les préparations pour le festival Tarab Tanger ?
Tarab Tanger 2012 gardera la même date, et aura lieu du 27 juin au 1er juillet. Nous sommes de ce fait en pleine préparation pour la prochaine édition, dans la phase la plus importante et difficile du sponsoring. Heureusement, nous avons pu au fil des éditions gagner la confiance des institutions officielles telles que le ministère de la culture et l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord (APDN), qui continuent de nous accompagner et soutenir. Nous allons réserver une partie de la programmation à la musique traditionnelle du Pakistan. Nous prévoyons, cette année, de renforcer le nombre d’artistes et groupes marocains. Nous sommes en contact avec le chanteur français Erik Marchand quant à sa participation avec le groupe «Les Balkans» à la prochaine édition de Tarab Tanger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *