«On marche» : Les femmes chorégraphes marocaines à l’honneur

«On marche» : Les femmes chorégraphes marocaines à l’honneur

14ème Festival international de la danse contemporaine

Le Festival international de la danse contemporaine «On marche» est de retour à Marrakech pour une 14ème édition. Cette manifestation prévue du 9 au 16 mars a jeté son dévolu sur les femmes chorégraphes marocaines. «Un an avant d’accueillir la biennale de la danse en Afrique en 2020, nous avons choisi de mettre à l’honneur les femmes danseuses au Maroc. Elles sont de moins en moins nombreuses sur la scène contemporaine, leurs parcours sont souvent semés d’embûches et peu se professionnalisent», confie à ce sujet Taoufiq Izeddiou, président fondateur de ce festival.

Et d’ajouter : «Avec une programmation exigeante, de qualité et résolument tournée vers la création contemporaine, le festival sera ainsi l’occasion d’ouvrir les débats sur les questions de la position des femmes dans le secteur culturel en général, et en particulier pour la jeune génération. Et de soutenir et promouvoir les jeunes femmes artistes par un souci de parité dans la formation Nafass qui souhaite accueillir autant de filles que de garçons». De plus, cette édition sera, selon son directeur, également l’occasion de «pérenniser la présence du festival dans l’espace public et d’affirmer la volonté toujours renouvelée de rendre la danse accessible à tous, de proposer des projets appropriés au territoire et en dialogue avec son histoire et sa contemporanéité».

Dans ce sens, «On marche» propose un programme riche et diversifié. Au menu, des masters class animées par plusieurs professionnels. Le premier sous la direction de Héla Fattoumi & Eric Lamoureux,  le deuxième avec Lucia Citteri ainsi que la troisième avec Sylvain Groud. A l’instar des masters class, plusieurs spectacles ponctueront cette édition et seront prévus dans plusieurs lieux de la ville ocre, notamment l’Institut Français de Marrakech, place Jamaa El Fna, l’ESAV, l’espace Le 18 et autres. Parmi ces performances, il y a lieu de citer «Le matin et le soir» de la compagnie Douze Tmasra7, «Déhanchés» du groupe Berthe, «L’oubli» de Sylvain Groud avec Lauriane Madelaine et Julien Raso, «L’haal» de  Khalid Benghrib, «Emergences», groupe de danseurs de Nafass, «En allant de l’ouest à l’est» de  Susan Buirge   et «Jour J»  de Chorouk Al Mahati, Moad Haddad et  Mohamed Lamqayssi.

Le festival offre également des projections de films à la salle Laila Aloui. Au programme «Mary Wigman-Ma vie, c’est la danse» de Ulrich Tegeder, et «Le sacre du Printemps» de Pina Bauschet Pit Weyrich. Une fois de plus, «On marche» reste au fil des éditions fidèle à son essence première, un festival nomade agissant dans plusieurs lieux pour renforcer le paysage culturel marocain. «C’est un festival qui continue à tisser des synergies fortes et uniques, axées sur l’Afrique et le bassin méditerranéen, avec nos partenaires locaux, nationaux et internationaux. Ces partenaires sont les acteurs de la construction de l’école Nafass qui voit le jour cette année et ils nous accompagneront aussi dans la préparation de l’évènement majeur que représente, pour le Maroc et pour Marrakech, l’accueil de la Biennale de la danse en Afrique en 2020», conclut son directeur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *