Ouidad Elma : «Je ne veux pas me créer des limites»

Ouidad Elma : «Je ne veux pas me créer des limites»

ALM : Comment est née votre envie de devenir actrice ?
Ouidad Elma : Cette envie d’être actrice existe en moi depuis toujours. J’ai intégré une école de théâtre très jeune à cause de problèmes d’élocution et de dyslexie. Aujourd’hui, je parle plus de quatre langues et je suis actrice (rires).

On vient de vous découvrir dans le nouveau film « Les ailes de l’amour» d’Abdelhaï Laraki.Que représente pour vous cette expérience ?
Cette expérience est importante pour moi et ce pour plusieurs raisons. C’est la première fois que je tourne dans mon pays. Elle a été pour moi l’inauguration de ma carrière au Maroc. J’ai le souvenir d’un plateau rempli de détermination, de force, de revendications. Nous étions unis et heureux à créer «Les ailes de l’amour». Abdelhaï Laraki m’a donné la possibilité de créer et de travailler dans un pays où le cinéma aspire à grandir avec sa jeunesse et évoluer à travers ses œuvres. Le cinéma marocain est ambitieux. Heureuse d’en faire partie.

Parlez-nous de vos débuts au cinéma…
Mes débuts … j’y suis encore! (Rires) j’étais au théâtre depuis longtemps. Et puis j’ai réussi à décrocher une petite apparition dans un téléfilm français intitulé «Sa raison d’être». Par la suite, j’ai eu un premier rôle dans un film français de Kamel Saleh, et puis encore du théâtre, et enfin «Les ailes de l’amour» m’a offert l’occasion de jouer une héroïne pleine de liberté sur la terre de mes origines.

Comment s’est fait le choix de votre rôle dans ce film ?
Je suis tombée amoureuse du roman dont le film s’est inspiré «Morceaux de choix» de Mohamed Nedali. Le personnage de Zineb m’a toute de suite plu à la première lecture du scénario. La fragilité d’être une femme au sein d’une société pleine d’interdits, entraîne parfois cette hardiesse de braver ses limites. C’est ça qui m’a plu chez Zineb! Toute de suite j’ai dit oui!

Vous avez joué des scènes osées, comment justifiez-vous ce choix ?
La vie est-elle osée ? Oui la vie ose, et si l’art n’ose pas alors il ne respecte pas la vie dans son intégrité. L’art est là pour célébrer la vie dans tous ses recoins et non pour la mépriser. Je ne veux pas me créer des limites découlant de mes valeurs lors de la création de mon personnage. Moi c’est moi, Zineb c’est l’autre.

Quel est le film qui vous a le plus marquée ?
(Soupir) plusieurs m’ont marquée. Je cite «Blue Vselvet» de David Lynch qui reste pour moi une grande œuvre, «Mamma Roma» de Pasolini… «The Champ» de Zeffirelli… Mais celui qui m’a dernièrement marquée est «Black Swan» d’Aronofsky!

Qu’est-ce que vous préférez le plus, le mannequinat ou le cinéma ?
Cette question n’a pas lieu d’être. Je n’ai jamais fait de mannequinat. J’ai fait quelques photos hot (publicité, marque), mais ça n’a rien à voir avec le monde du mannequinat que je ne connais pas du tout.

Parlez-nous de votre rôle dans le nouveau film de Noureddine Lakhmari «Zéro» ?
Dans le film «Zéro» du réalisateur Noureddine Lakhmari, j’ai joué un rôle secondaire mais important à l’intrigue. J’ai aimé participer à ce projet et travailler avec Noureddine Lakhmari doté d’une belle sensibilité.

Quel rôle aimeriez-vous jouer?
J’aimerais jouer un personnage ambigu, trash, inattendu. J’aime la violence du combat que l’être humain mène avec lui-même. Je veux sortir des diktats et des schémas traditionnels. Une junkie, une manipulatrice aguerrie, une tueuse en série, une jeune mère de bidonvilles. Bref, une survivante.

Quel est le secret de votre beauté?
L’eau, les carottes et la tomate sont les reines de mon temple beauté. La tomate et la carotte sont de puissants oxydants! A manger et leur suc sur la peau c’est juste merveilleux. Sinon j’utilise en général des produits organiques. J’applique une gamme de produits qui sont certifiés biologiques et ont des propriétés apaisantes. Et danser ça rend beau! Essayer et dites moi!

Quelles sont vos ambitions ?
Le monde (rires).

Que représente pour vous l’amour ?
L’amour représente pour moi le Dieu, la vie, l’être humain. Chacun l’exprime par son art.

Quels sont vos projets ?
Superstitieuse, alors je ne dévoile rien.

Un petit mot pour les lecteurs d’ALM ?
J’espère que cet échange «parlera» à vos lectrices et lecteurs et les remercie de leur lecture. Longue vie, belle, unique et paisible à vous tous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *