Pal Sarkozy et Werner Hornung exposent à Marrakech

Pal Sarkozy et Werner Hornung exposent à Marrakech

Après Madrid et le prestigieux espace Cardin de Paris, Pal Sarkozy et Werner Hornung exposent leurs œuvres picturales à Al Maaden Golf Resorts à Marrakech du 22 au 30 mai. «Associer une composante artistique et culturelle à Al Maaden permet à ce lieu d’exception de valoriser la diversité culturelle et le partage des valeurs universelles», souligne Alami Lazraq président directeur général Al Maaden, Golf Resorts. «L’intérêt médiatique qui entoure les expositions de Sarkozy-Hornug tient, bien sûr, au fait que l’un des protagonistes est le père du président de la République française actuel et du contexte de peoplisation de la vie publique au sens large. Mais on passerait à côté de la réalité incontestable : ils sont de véritables artistes. Leur travail ne laisse pas indifférent», indique Dominique Potier, commissaire de l’exposition. «Out of mind» est le titre de cette exposition. Un véritable voyage dans l’imaginaire de ces deux artistes complémentaires et à la quête d’une nouvelle dimension. Ils qualifient leur style de «Digital Fine Art»: une combinaison entre le «Fine Art» des dessins au crayon de Pal Sarkozy avec le «Digital Art» créé par Werner Hornung. Une synthèse à partir de dessins, des manipulations d’éléments photographiques et création numérique. «Ce mélange entre une technique traditionnelle et un univers digital est basée sur des idées absolument pas traditionnelles» a expliqué Horung lors du vernissage de l’exposition samedi 22 mai à Marrakech. «C’est l’actualité qui m’inspire qu’elle soit mauvaise ou bonne», a souligné pour sa part Pal Sarkozy. Et pour toucher ce que ces deux artistes ont voulu exprimer, il faut se fier aux titres de leurs toiles . «Démocrazy» peint la surinformation, les câbles électriques au bord du coup de circuit d’une société constamment branchée à la télévision et aux médias. «Fashion victim» représente une girafe tatouée sous le feu de la rampe donnant son dos à un miroir… On retrouve d’autres titres comme «Civiolation» : une indigène nue dans sa végétation et confrontée à la vitesse meurtrière d’une autoroute bondée. «Cycle of Life» : un arbre aux feuilles colorées, psychédéliques et aux rondeurs de la Venus préhistorique. «Going Nowhere fast» dénonce le machisme de la tauromachie…Et ce sont ainsi une quarantaine de toiles où l’extravagance et la légèreté rencontrent la gravité et une sorte de révolte ironique contre le conformisme de la société moderne. La collaboration entre ces deux artistes amis de longue date dure depuis 2004 «On passe par plein de compromis pour attendre cette entente subtile, et nous ne signons un tableau tous les deux qu’après avoir été d’accord sur tout jusqu’au bout. Ainsi plusieurs de nos toiles n’ont pas eu la chance d’être exposées faute de parfait consensus», ont expliqué les artistes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *