Parution du premier manuel en amazigh

ALM : Comment qualifiez-vous la réalisation d’un manuel scolaire en langue amazighe ?
Ahmed Boukous : De révolutionnaire ! Les manuels en amazigh qui existent sur le marché s’adressent seulement aux adultes et sont fondés sur l’information grammaticale. Ils font de surcroît une présentation folklorique de la culture. Ils ne présentent aucune commune mesure avec les facteurs pédagogiques pris en considération dans la réalisation du manuel d’apprentissage de la lecture et de l’écriture en amazigh. Sa réalisation a demandé un travail de réflexion qui dure depuis 1994, après le discours de Feu Hassan II. La réalisation concrète a commencé, il y a six mois, suite à la signature de la convention entre le ministère de l’Education nationale et la Jeunesse et des représentants et l’IRCAM.
De qui se compose l’équipe qui a veillé à la réalisation du manuel ?
Nous avons mobilisé une équipe de pédagogues et de didacticiens à l’IRCAM. Cette équipe a travaillé en collaboration avec des experts du ministère de l’éducation nationale. Nous avons également fait appel à des collaborateurs externes. Au total, une dizaine de chercheurs appartenant à ces trois composantes ont veillé sur la réalisation du livre. Il est actuellement sous presse et sort dans une semaine. Ce manuel s’adresse aux premiers niveaux de l’enseignement primaire. Il se compose de 90 pages et sera mis en vente pour un prix inférieur à 10 DH. C’est le ministère de l’Education nationale et de la jeunesse qui a payé les frais d’édition de cet ouvrage et il va le distribuer gratuitement aux 25 000 élèves qui suivent l’enseignement en amazigh dans les écoles.
Où en est le programme de l’apprentissage de l’amazigh dans les écoles ?
L’IRCAM a conçu le programme de formation des inspecteurs et des maîtres. Ce programme a été initié en juillet 2003. Il a concerné 70 inspecteurs et 800 maîtres. Ils sont en activité dans les 354 établissements où l’apprentissage de l’amazigh est dispensé. Il est encore prématuré d’établir un bilan de l’expérience de cette première année. Il faut au moins attendre la fin de l’année scolaire pour procéder à son évaluation pédagogique.
Quelle graphie a été adoptée dans ce manuel ?
Le manuel est entièrement écrit en tifinagh. Ceux qui le verront pour la première fois seront très surpris par cette graphie. Ils seront aussi surpris par la qualité de présentation et de l’iconographie. Ce manuel repose sur l’approche dite par compétence. La compétence de la présentation, par exemple, est très importante.
Nombre d’élèves dans l’école publique ne savent pas se présenter par rapport à leur environnement et encore moins communiquer sur eux-mêmes. Le manuel en tifinagh fournit aux élèves les outils qui leur permettent de communiquer sur eux-mêmes et leur environnement. C’est très important ! Je voudrais ajouter que nous avons entamé la préparation d’un deuxième manuel qui s’adresse aux niveaux supérieurs. Le programme pédagogique évolue sûrement pour que l’enseignement de l’amazigh s’inscrive dans les mentalités au même titre que les autres langues.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *