Amine Radi: «On n’oublie jamais d’où on vient. Marocain un jour, Marocain pour toujours!»

Amine Radi: «On n’oublie jamais d’où on vient. Marocain un jour, Marocain pour toujours!»

A 21 ans, Amine Radi s’est jeté à l’eau pour faire rire son public. L’aventure a démarré par une vidéo postée sur son profil Facebook qui a suscité un énorme succès auprès des amis. Aujourd’hui, Amine a son manager et se produit en France. Il multiplie les sorties sur scène pour faire rire mais également pour se faire plaisir… Les Marocains ne l’ont pas forcément découvert de la même manière à Paris. Amine n’oublie pourtant pas d’où il vient.

 
ALM : Amine, tu as quel âge?
 

Amine Radi : J’ai 21 ans.

Tu poursuis des études dans quel domaine ?

Je prépare mon diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) à Paris.

Tu as démarré dans les shows humoristiques depuis quand exactement ?

Cela fait 3 ans que je fais de l’humour. L’aventure a commencé par les vidéos sur Internet. Aujourd’hui je suis passé à la scène. La scène c’est mon kiffe, j’adore faire rire. Tout a commencé dès mon arrivée en France. Je me suis dit c’est le moment ou jamais de faire ce que j’aime.
 

Quel a été réellement le déclic ?

Tout s’est déclenché quand un jour j’ai pris mon téléphone et j’ai parlé d’un sujet intitulé «c’était les filles». J’ai envoyé sur le Net l’enregistrement et le lendemain, à mon réveil, je constate que cette vidéo a été partagée par tout le monde. J’ai commencé à voir ma tête sur toutes les pages. J’ai reçu une tonne de messages. Les personnes qui m’aiment et même celles qui ne me connaissent pas m’encouragent sans me connaître. C’était juste kiffant. Et c’est après ce moment que j’ai décidé de me lancer dans le domaine.

Un mentor ?

Mon mentor est Amine Radi dans le futur (ndlr: rire). En fait, je n’ai pas de mentor. J’ai mon public qui me conseille et qui laisse ses critiques positives ou négatives sur le Net. Je m’améliore grâce à eux.

Comment tu vois ta carrière professionnelle avec ce penchant artistique ?

Je vois que ça avance très bien grâce à Dieu et grâce à ceux qui m’encouragent et qui croient en moi. Il n’y a pas de secret: le travail ça paie tôt ou tard. Tant qu’on fait ce qu’on aime et on le fait de bonne foi, on doit être sûr et certain qu’on est sur le bon chemin. J’en suis convaincu.

Tu comptes te développer?

J’apprends de nouvelles choses jour après jour et c’est ainsi que je compte développer mon côté artistique. D’ailleurs, je me suis inscrit aux classes libres du cours Florent.

Comment tes parents prennent ce tournant dans ta vie ?

Mes parents veulent me voir réussir et comme on le sait tous, ils ne font jamais confiance au domaine artistique. Pour eux, c’est avec des études qu’on trouve un boulot et c’est avec un boulot qu’on fonde une famille… Bref, comme tous les parents, pour eux c’est ça la règle. Etre un artiste pour certains ce n’est pas un boulot alors que si. Donc mes parents préfèrent que je reste concentré sur mes études mais cela n’empêche pas de faire ce que j’aime à côté.
 
En dehors du buzz sur les réseaux sociaux, tu t’es produit à Paris ?

Oui bien sûr, je fais toujours de la scène et pas uniquement à Paris. Je me produis, un peu partout, en France et en dehors de l’Hexagone aussi. Mon manager me fixe des dates un peu partout en plus des propositions que nous recevons. Cela se passe parfaitement bien car à la base je me fais rire donc au pire si le public ne rigole pas moi je rigole (ndlr : rires).

Tu as des projets artistiques parallèlement à tes projets d’études ?

Oui, en ce moment je suis en plein tournage d’une Web série qui va sortir très prochainement qui sera tournée à Paris. En plus de ça j’ai reçu pas mal de demandes de séries télévisées et de films en France et au Maroc sans oublier des publicités. Donc jusque-là, je suis un peu satisfait de ce qui se passe. Cela n’empêche pas de donner encore mon mieux pour faire plaisir à tous les gens qui me regardent.

Le mot de la fin en direction des lecteurs marocains ?

Un mot à tous les Marocains, ceux qui réussissent sont ceux qui luttent. Alors j’encourage tous ceux qui ont un rêve de le réaliser peu importe les obstacles. On n’oublie jamais d’où on vient. Marocain un jour Marocain pour toujours  et #VaDormirVa (ndlr: nom d’un sketch).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *