«Personne n’a le droit d’arrêter ce festival»

Aujourd’hui le Maroc : Plusieurs personnes s’accordent à dire que l’organisation festival gagnerait à se professionnaliser en s’institutionnalisant.
Mohamed El Amine Moumine : Il faut préciser ce que l’on entend par institutionnaliser le festival. Confier son organisation à une agence de communication ? Cela est contraire à l’identité du festival qui doit rester un champ d’apprentissage dont profitent aussi bien les étudiants que le corps professoral. On y apprend beaucoup sur la gestion d’un événement culturel. D’un autre côté, si l’on veut dire par institutionnaliser le festival son intégration à une structure étatique ou privée, cela risque d’altérer l’esprit da la manifestation – qui doit rester universitaire. Sans parler de notre indépendance à laquelle nous tenons beaucoup.
Imaginons qu’un doyen juge les charges du festival trop lourdes pour la faculté ou ne soit pas intéressé par le théâtre. Il décide du jour au lendemain de l’annuler…
Il n’a pas le droit. C’est un acquis national. C’est vrai que le budget est trop lourd. Nous utilisons une partie des ressources de la fac pour l’organisation de ce festival, et ce n’est pas notre vocation en tant qu’universitaires. Mais on n’a pas le droit d’arrêter le festival. Il y a d’ailleurs une volonté politique à tous les niveaux : ministères, autorités locales, institutions privées et publiques, qui nous apportent leur aide pour que le festival continue.
Vous ne pensez pas que la durée de ce festival est trop longue ?
Oui, 12 jours c’est long. Mais le festival est fondé aussi sur les rencontres. Les comédiens et les metteurs en scène étrangers rencontrent des étudiants marocains. Il s’ensuit des relations fructueuses sur le plan de l’échange des expériences et un intermède qui impulse des actions culturelles dans notre pays.
Ces rencontres ont besoin de temps pour porter leurs fruits. La dimension humaine est très importante dans ce festival. Je peux même dire qu’elle est aussi importante que le côté artistique. Elle fait partie de l’esprit de la manifestation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *