Petit coup de colère de Jeanne Moreau

Les responsables de la salle Colisée ont mis les petits plats dans les grands pour que tout soit confortable aux jurés des longs-métrages. Ils ont brodé le nom de chacun d’eux avec des fils en or dans des places bien disposées au balcon. C’est vraiment beau à voir le nom de la présidente du jury, Jeanne Moreau, en lettres d’or. «Hors de question!», dit-elle. «On ne regarde jamais un film du balcon ! En bas tout le monde». Les autres jurés ont obtempéré au grand dam des responsables de la salle qui se sont donné de la peine pour rien.
A l’orchestre, il ne faut pas s ‘asseoir n’importe où pour regarder un film. «Entre le 7ème et 9ème rang !» a précisé encore une fois la demoiselle Moreau. Tenons-le pour dit : pour apprécier un film, le meilleur endroit est la neuvième rangée à l’orchestre. Conseil d’une passionnée du cinéma qui a regardé les deux films en compétition officielle à partir de cet endroit.
Cette passionnée du cinéma a ébloui tout le monde par sa rigueur. Elle arrive pile à l’heure, avant les autres jurés. Elle se met debout devant la salle pour les attendre. Elle a piqué une petite colère, mardi matin, lorsque trois jurés ne sont pas venus à l’heure. Elle a pris le téléphone pour les presser de venir. «Allons messieurs, si on ne respecte pas les horaires, on n’arrivera jamais à regarder tous les films à temps !» C’est une autre perception que Moreau donne de son métier.
Professionnalisme et respect du travail des autres. Elle prend vraiment très à coeur son rôle de présidente du jury, semble douée d’une énergie inépuisable. Elle a regardé mardi dernier le film chinois «Balzac et la petite tailleuse» à 22 h. Elle a quitté la salle à minuit, souriante, radieuse. «Le cinéma, c’est magique», répétait-elle. Ceux qui ont vu ce film l’ont entendue à plusieurs reprises rire d’un rire franc et ravi. Elle ne prend pas de notes. Elle se dévoue entièrement au film, au spectacle. Les critères d’évaluation viendront après. Mais dans le noir de la salle, il n’y a que l’instant du cinéma qui compte. Jeanne Moreau et le cinéma, c’est une histoire qui se regarde aussi dans la vie courante!

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *