Photographes, passionnés jusqu’au bout

Photographes, passionnés jusqu’au bout

Une poignée de graines de maïs dans le creux de la main. Lahcen Amghar lance quelques unes tout autour de lui pour attirer les pigeons. Ici, sur la place Mohammed V de Casablanca, devant la grande fontaine, tous les photographes ont appris cette petite astuce pour captiver les regards de leurs éventuels clients. La place est célèbre pour ses pigeons et c’est pourquoi, ceux qui visitent pour la première fois Casablanca y font nécessairement une escale. Mais pour immortaliser quelques souvenirs, il n’y a pas mieux que de se faire prendre en photo. Gilet, appareil-photo autour du cou, un gros sac accroché à l’épaule, sans oublier la casquette pour se protéger du soleil. Ils ont tous le même uniforme et scrutent à longueur de journée les clients. Une petite fille accompagnée par son père s’approche de Lahcen qui lui offre du maïs qu’elle se fait un plaisir de lancer aux pigeons.
Le papa, lui, la regarde faire avec un grand sourire et c’est là où Lahcen l’interpelle pour lui proposer ses services : «Monsieur, voulez-vous une photo ? Votre fille et vous devant cette belle fontaine et avec tous ces pigeons, la photo sera extraordinaire ! Je vous le promets». Le futur client semble réfléchir, alors le photographe essaie de le convaincre en lui montrant quelques photos dans un album. Le client prend le temps de les scruter avant de lancer «Et c’est combien votre tarif ?». Question légitime que redoutent ces photographes ambulants, parce que la réponse provoque parfois la réticence des clients. «Alors ! Pour une photo de grand format, 15×21, le prix est de 20DH. Et pour celle qui est un peu plus petite (10×15), elle ne coûte que 10DH. C’est un bon prix par rapport à cette qualité, monsieur», ajoute Lahcen. Quelques minutes, ensuite, le client sourit et cela est un bon signe. Ce sera donc un « OK « pour le photographe qui ne se presse pas, tout de même, d’appuyer sur le clic de son appareil. Il ne faut pas oublier que la photo n’est pas un simple gagne-pain pour ces hommes. Elle est avant tout un art et à chaque discipline ses principes.
Lahcen prend le temps qu’il faut pour ne pas rater sa photo. Il scrute le ciel et se met derrière les rayons du soleil. Il place le papa et sa fille devant la fontaine et demande à la petite de lancer du maïs. C’est que Lahcen imagine déjà dans sa tête à quoi ressemblerait cette photo. Le plus important dans cette dernière est qu’elle fasse ressortir le sentiment de joie de la petite fille avec tout autour d’elle les pigeons qui volent et d’autres qui picorent. Alors, oui, il faut changer de position et même l’angle de la prise de vue avant de demander aux clients de s’immobiliser afin qu’il n’y ait pas de flou. Pour Lahcen, l’objectif de son appareil est un monde pour lequel il faut avoir de la patience et du talent.
Un clic et, voilà un moment de l’histoire de ses clients gravé à jamais. «Demain matin, venez récupérer votre photo. Je vous assure que vous ne le regretterez pas !», rassure-t-il son client d’avance. Un petit reçu et le rendez-vous est pris. Un métier comme celui-là, vous l’aurez compris, est avant tout une passion. Et Lahcen vous le confirmera : «C’est difficile de passer toute une journée, assis en plein air à attendre des clients. Si je n’aimais pas la photographie, je ne l’aurais jamais supporté». Ce métier, cela fait, une vingtaine d’années que Lahcen l’exerce et certains le font depuis bien plus que cela. Abderrahim Mimoun, qui représente l’ensemble de ces photographes ambulants de Casablanca, en fait partie. On vous dira de lui qu’il est une encyclopédie vivante de la photographie. Pour toute consultation, il est donc le professionnel le plus recommandé par ses camarades.
Abderrahim pourrait vous parler très longuement de l’évolution qu’a connue la photographie auprès des Marocains, car il a sillonné pas mal de villes pour exercer son métier. A travers toute son expérience, il en sort avec un regret pour la disparition progressive de la photo en noir et blanc. Qui de nous ne garde pas précieusement des photos de ce type dans un album qu’il a pris le soin de ranger là où il sera toujours en sécurité ?  De bons vieux souvenirs où les visages semblaient tous parfaits et où l’on prenait soin, dans les studios, de bien arranger la décoration pour créer le rêve. «Ah ! Ne me rappelez-pas cela ! C’était la bonne vieille époque où on donnait encore aux blanc et noir l’importance qu’ils méritaient et méritent toujours, d’ailleurs», confie Abderrahim en poussant un soupir.
Eh oui, sa nostalgie pour la photo sans couleur ne le quitte jamais. Selon lui, peu de photographes en font toujours : «Dans tout Casablanca, je pense qu’ils ne sont que 6 photographes de l’ancienne époque à sauvegarder cet art. Nous n’avons, malheureusement, jamais pensé à créer une association pour préserver la photo en noir et blanc qui se perd maintenant».  Question de rester fidèle aux anciens et faire perdurer une passion de longue date, Abderrahim propose encore des photos en blanc et noir et en produit même chez lui. Cela lui demande du temps et de l’investissement, mais il essaie de tenir le coup, car les clients pour ces photos sans couleurs sont en croissance. «On demande de plus en plus des photos en noir et blanc. C’est vrai que la fréquence moyenne est de deux à trois fois par mois, tout au plus, mais l’essentiel, c’est qu’il y a de la sensibilité pour cette technique», déclare-t-il.
Les clients qui font, donc, le choix de prendre une photo en noir et blanc sont un peu plus que nostalgiques. Ils sont plutôt, comme les appelle Abderrahim, «des dégustateurs de photos». Alors oui, il faut avoir du goût pour tout et pour cet art tout particulièrement. Abderrahim donne libre cours à son «goût» et fait naître, au moyen de vieux appareils qu’il garde, des photos comme à l’ancienne. «On commence par le régulateur et, ensuite, on passe au fixateur. Ce sont les deux parties essentielles pour obtenir une bonne photo en noir et blanc», dit-il. De la concentration s’ajoute sur la passion du professionnel et il ne reste plus qu’à attendre la photo. Il arrive aussi pour ce type de photo que le client demande à ce qu’on camoufle quelques petits détails.
Dans ce cas, il faut apporter des retouches dès que la photo est prête. Une plaque et un crayon, puis, encore un peu de temps pour que le photographe passe à l’épuration du résultat dans la chambre noire. La photo qui en sort est une merveille. Alors comprenez pourquoi c’est un peu plus cher par rapport aux photos en couleurs. Pour une photo noir et blanc de 15×21, il vous faudra 40DH et pour celle de 10×15, 25DH. «C’est vrai qu’en ce moment, il y a aussi des appareils numériques qui produisent des photos en noir et blanc. Mais, croyez-moi, cela n’a rien à voir avec toutes les techniques que cela demande à un photographe», tient à faire remarquer Abderrahim. Les amateurs du blanc et noir ont bien saisi le message.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *