Photographie : Le Maroc sélectionné pour les rencontres de Bamako

Photographie : Le Maroc sélectionné  pour les rencontres de Bamako

Le Maroc sera présent en force à la 12ème édition des Rencontres photographiques de Bamako, principale manifestation consacrée à la photographie contemporaine en Afrique, prévue du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020. Il sera représenté en effet par quatre artistes marocains sélectionnés pour l’exposition panafricaine et qui sont invités à explorer le concept de courants de conscience dans le domaine de la pratique photographique. Il s’agit en effet de Mohamed Thara, Khalil Nemmaoui, Badr El Hammami, Yasmine Hajji et Bouchra Khalili. Venant de différents horizons, ces artistes donneront un aperçu éloquent sur la diversité et la richesse de l’art de la photographie marocain. A commencer par l’artiste multidisciplinaire Mohamed Thara. Ce performeur aux talents multiples soulève à travers ses œuvres de nombreuses questions liées notamment à l’histoire, la mémoire, le mal, l’identité, la douleur et le chaos. Ainsi, à l’occasion de cette manifestation, il participe avec ses photographies de la série «Hom land 2018-2019», et une installation vidéo intitulée «La seconde zone, 2019». A propos de son premier projet, l’artiste explique qu’il s’agit d’ «une série photographique pleine d’humanité qui regarde le Maroc dans les yeux. La série est aussi une célébration de la liberté. Elle questionne l’enfermement exprimé à différentes échelles, comme autant de territoires».

Le public malien découvre également Khalil Nemmaoui. Cet artiste découvre la photographie et la magie du processus de révélation argentique très tôt. A l’âge de 12 ans, il fabriquait déjà des sténopés pour capturer la lumière. Après des études scientifiques, au Maroc et à l’étranger, il décide de se consacrer exclusivement à la photographie. Il faut citer les œuvres de Badr El Hammami. Ce lauréat de l’École des beaux-arts de Valence expérimente de façon poétique le concept de frontière autour d’un ensemble d’installations, textes, photographies, vidéos et performances. Il questionne cette notion arbitraire sans laquelle l’étranger ne serait pas. Son statut d’étranger en France lui permet une lecture paradoxale des cartes et des territoires. Enfin, il y a lieu de citer la Franco-marocaine Bouchra Khalili. Celle-ci est l’une des artistes actuelles les plus pertinentes. Son travail en film, vidéo, installation, photographie et sérigraphie, articule langage, oralité, subjectivité et exploration géographique. Elle a reçu plusieurs prix et distinctions, dont «Abraaj Group Art Prize» en 2014, le Prix Sam pour l’art contemporain en 2013, Sam Art Projects, DAAD Artists-in-Berlin Program en 2012.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *