Pied de lettre

Ce sera le 1er avril. Et ce n’est pas une blague. Les Marrakchis auront la chance d’écouter et de boire les paroles de l’immense Adonis, un des plus grands poètes arabes contemporains. Au cours de cette nuit de poésie avec Adonis, qui se déroulera dans le mythique Palais El Bahia, dans le cadre des Rencontres Internationales de Poésie de Marrakech, l’assistance verra et entendra de près le Poète du paradoxe et de l’extrême.
Celui qui se plaît à affirmer que l’écriture est l’opposé de la poésie. Car, dit-il, «un texte poétique comporte une multitude de registres, de langages, de formes expressives et de rythmes». Dans son oeuvre, sens et sensations sont liés dans un grand jeu de mots où alternent et se confondent fluidités, ruptures, allitérations.
Le lyrisme prend toute sa signification, dans le chant ( champ ) du poète, par sa liberté de ton (au sens musical du terme), par l’expression tout à la fois spontanée et contrôlée des sentiments en interaction avec le monde, par cette recherche contrapuntique de la parole et du verbe. Mais plus que toutes ces humbles tentatives d’analyse, mieux vaut, quand l’occasion se présente, assister en «live» à une lecture de la poésie d’Adonis, et si possible par le grand poète himself. Et gageons que, pour ce plaisir, de nombreux amateurs de beaux vers feront le déplacement pour la cité ocre. On ne pourra les traiter que de veinards.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *