Portrait : Abderrahman Paco, une des légendes ghiwanies, s’en va

Portrait : Abderrahman Paco, une des légendes ghiwanies, s’en va

La scène artistique marocaine a perdu l’une des figures emblématiques du groupe Nass El Ghiwane, Abderrahman Kirouche, alias Paco. Cet artiste incontesté du milieu ghiwani a tiré sa révérence, dimanche 14 octobre à l’âge de 64 ans, suite à une longue maladie. Le grand Paco a marqué de son empreinte l’édifice de la légende de Nass El Ghiwane, puisqu’il a fait sortir de l’ombre l’art gnaoui et conféré au groupe sa dimension africaine. Il a su faire du hajhouj un instrument monumental et inventé des notes inédites. Les mélomanes de différentes générations n’oublieront jamais un riche répertoire de chansons dont les inoubliables «Sinia», «Ghir Khodouni», «Mahmouma», et «Nerjak Ana».
Paco est né à Essaouira en 1948 où il a côtoyé les grands maâlems et devient lui-même maâlem en 1964. C’est au début des années 1970 que le public marocain le découvre mieux quand il rejoint le groupe Jil Jilala puis Nass El Ghiwane, dont il enrichit la musique en y introduisant avec brio le rythme gnaoui. Grâce à son talent, le virtuose du «hajhouj» s’est fait remarquer par rapport aux autres membres du groupe, notamment Batma et Omar Essayed. Il s’est distingué par son style et les messages forts de ses interprétations inspirées par l’esprit gnaoui et le mouvement des hippies de l’époque fortement présents dans la ville d’Essaouira. D’ailleurs, ils ne tardent pas à être surnommés «les Rolling Stones» ou les «Beatles» du Maghreb. Quelques années plus tard, le maâlem Paco a reformé le groupe portant son nom et reprend sur scène des compositions des Nass El Ghiwane, ainsi que de nouvelles chansons. A ses côtés désormais, deux de ses fils Younès et Yassine ont composé avec lui le répertoire du groupe «Abderrahman Paco». Cet artiste reste un symbole éclatant du phénomène ghiwani et un musicien hors pair. L’enterrement et les funérailles ont eu lieu dimanche dans sa ville natale, Essaouira.  Que Dieu ait son âme en Sa Sainte miséricorde !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *