Portrait : Ilham Chaouqi, une jeune chanteuse qui se fraie son chemin vers le show biz

Portrait : Ilham Chaouqi, une jeune chanteuse qui  se fraie son chemin vers le show biz

La scène nationale artistique se dote de jour en jour de nouveaux visages et de nouvelles voix. La jeune chanteuse Ilham Chaouqi en fait désormais partie. Dès l’intégration de ce milieu, il s’est avéré, aux yeux de cette artiste comme d’autres chanteurs d’ailleurs, que cet espace «est une jungle». Mais, pour y faire face, Ilham Chaouqi jure à ALM par un seul principe : «que le meilleur prédomine la scène !». Et c’est cette intime conviction qui fait la force de cette chanteuse qui a entamé sa carrière artistique en lançant tout récemment son premier single intitulé «Va-t-en, va-t-en» (Sir Sir) dont les paroles sont conçues par Mohamed Tibari. Quant à la composition, elle a été faite par Ilham Chaouqi herself au moment où l’arrangement a été l’œuvre de Badr El Makhlouki.
Pour le moment, la jeune artiste a plié bagage, mercredi dernier, pour l’Algérie où elle prend part aux Assises du Maghreb arabe, étalées sur 6 jours et marquées par la participation d’artistes de renom issus du monde arabe. C’est là où elle préparera une chanson intitulée «La fin du monde» (Nihayat El Alam) conçue sous forme de poème par Ahmed Chenna. Cette œuvre musicale, qui lui a été proposée par le poète, sera tournée en vidéo-clip en Algérie. Parallèlement, Ilham Chaouqi prépare deux chansons dont elle a conçu les paroles. La première, intitulée «Arrêt cardiaque» (Sakta Kalbia), est composée par Zakaria Baksa et sera lancée dans la période d’Al Aïd. Quant à la deuxième, elle est intitulée «Moi qui suis» (Ana Elli) et qui sera lancée en fin d’année, elle est composée par Redouane Diri. La jeune Tangéroise de 23 ans se plaint, quand même du manque de moyens octroyés aux artistes pour financer leurs projets. «A part la chanson proposée par Ahmed Chenna et qui sera financée par l’Observatoire algérien de l’artiste, je me vois obligée de recourir à mon budget personnel pour que mes tubes puissent voir le jour», déclare-t-elle à ALM. Pour la petite histoire, Ilham Chaouqi a participé, en 2011, à une compétition dans sa ville natale. C’était une occasion, pour elle, de faire connaissance avec des compositeurs et des chanteurs. Cependant, Ilham Chaouqi ne semble pas se contenter de la chanson, mais elle envisage de squatter le petit écran, pour la première fois, en interprétant le premier rôle dans une série qui sera tournée, après le Ramadan, entre le Maroc et l’Algérie. Il n’y pas mieux que de faire d’une seule pierre deux coups !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *