Portrait : Tarik Laihemdi, un jeune cinéaste à la fibre documentaliste

Portrait : Tarik Laihemdi, un jeune cinéaste  à la fibre documentaliste

Rien que le fait de présenter son film dans une manifestation internationale peut compter énormément aux yeux d’un jeune cinéaste. Ce feeling a été vivement éprouvé par Tarik Laihemdi qui a remporté, grâce à son film documentaire «Mejor», la compétition des courts-métrages «Cinécoles», organisée dans le cadre du Festival international du film de Marrakech (FIFM). «C’est un plaisir de présenter son film au festival de Marrakech !», a-t-il exulté lors de son couronnement par la fondation du FIFM, présidée par Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, qui l’a doté d’une enveloppe de 300.000 dirhams pour la réalisation de son second court métrage. A ce propos, il précise à ALM : «Je suis toujours en train de chercher une idée de film». Et il semble que ce jeune de 33 ans a une prédilection pour les films documentaires puisqu’il a laissé entendre à ALM que son prochain court-métrage sera à caractère documentaire. Quant à «Mejor», il dresse, selon son réalisateur casablancais, le portrait de la ville de Larache, devenue passoire de l’immigration clandestine. «L’objectif est de donner la parole à des jeunes issus de la ville et qui ont survécu à la traversée et ceux qui en rêvent encore», explique-t-il. Pour réaliser ce film, Tarik Laihemdi a notamment livré l’histoire d’un ex-immigrant clandestin à travers des images de la ville en se focalisant sur la forteresse de Hesn El Fath. «Quand je vois cette forteresse et l’histoire de l’ex-immigrant clandestin, c’est l’histoire de la ville qui surgit», explique-t-il.
Interrogé, par ailleurs, sur le budget consacré à son court-métrage, le jeune cinéaste indique : «Je n’ai travaillé qu’avec les moyens du bord. Par contre, le film m’a pris beaucoup de temps».  
Pour le moment, Tarik Laihemdi est étudiant au master de cinéma documentaire à l’université Abdelmalek Saâdi à Tanger après avoir obtenu sa licence professionnelle en 2011. Il est également monteur truquiste de documentaires et reportages grand format. En 1998, il a entamé sa formation en audiovisuel à Casablanca. En 2000, il a intégré la chaîne 2M, puis Al Jazeera. En 2006, il a été embauché à Medi1TV. Chose qui lui a permis de travailler en collaboration avec des journalistes. «ça m’a beaucoup aidé !», confie-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *