Portrait : Youssef Hadji: De Ifrane à l’Hexagone, parcours d’un joueur hors norme

Portrait : Youssef Hadji: De Ifrane à l’Hexagone, parcours d’un joueur hors norme

Pour lui, la retraite n’est pas une question d’actualité. D’autant plus à 31 ans, il a retrouvé son âge et fait toujours preuve d’un état d’esprit remarquable. Son talent lui permet aujourd’hui de signer dans un grand club européen. Youssef Hadji, l’international marocain, vient de renforcer les rangs du Stade Rennais, l’un des gros calibres de la Ligue 1 française, au terme d’un contrat de deux ans. Auteur d’une fin de saison exceptionnelle, aussi bien avec son ancien club, Nancy, qu’avec l’équipe nationale, avec en prime l’un des quatre buts qui ont bombardé l’Algérie le 4 juin 2011 à Marrakech, Hadji a été sur les tablettes de plusieurs clubs de France et du Golfe (Auxerre, Saint Etienne, Lille…). Mais, c’est le Stade Rennais qui a réussi à s’adjuger l’affaire. Youssef, quant à lui, n’a pas tardé à annoncer la couleur et s’est montré comme l’une des pièces maîtresses de son nouveau club dès sa première sortie avec les Rennais. «On est très content d’avoir Youssef dans notre équipe. Il est très bon techniquement, il a une très bonne mentalité, un très bon jeu de tête et de l’expérience. Il a déjà connu le Stade Rennais et a laissé un bon souvenir. Il présentait beaucoup d’atouts pour sa venue», a souligné son entraîneur Frédéric Antonetti à propos de son recrutement. Youssef Hadji est né le 25 février 1980 à Ifrane. A peine âgé de deux ans, ses parents devaient quitter le pays pour rejoindre la Moselle et Creutzwald, une petite ville minière sur les frontières franco-allemandes. C’est là où il a tapé dans ses premiers ballons, alors que son aîné, Mustapha, poursuit sa progression vers le haut niveau. En 1994, a eu lieu la Coupe du monde aux États-Unis. Le Maroc participait à la compétition avec dans ses rangs un certain Mustapha Hadji. «C’était mon idole! J’étais trop fier de lui. Il m’a donné l’envie», raconte celui qui, à l’époque, n’était âgé que de quatorze ans. Sur les traces de son frère, Youssef a été repéré par les recruteurs de Nancy, séduits par sa technique. Il intègre alors le centre de formation de l’ASNL, à dix-sept ans, comme stagiaire. La saison suivante se révèle être magnifique pour la famille Hadji. Youssouf signe son premier contrat professionnel, alors que Mustapha brille avec sa sélection durant le Mondial en France (1998). «J’ai regardé un de ses matchs, contre la Norvège (2-2), se souvient-il. Il avait marqué, j’en ai pleuré et je me suis dit qu’un jour moi aussi j’offrirai de l’émotion et du rêve à des spectateurs», se souvient la star de l’équipe nationale. Lorsqu’on le questionne sur la difficulté d’arriver après son frère, il répond : «ce n’est pas une difficulté. Au contraire, c’est une fierté et même une source de motivation». Le 18 décembre 1999, une date que Youssef n’oubliera jamais. Elle marque son premier match en Ligue 1 contre Saint-Étienne. Et ce sera la seule apparition de l’international marocain en championnat cette saison. L’année suivante n’est guère meilleure, il ne joue que quatre rencontres. Plus fort que lui, Youssef Hadji voit son équipe descendre dans l’étage inférieur. C’est un mal pour un bien. Lors de la saison 2000-2001, il dispute 34 matchs, inscrit six buts et devient un des meilleurs joueurs de l’équipe. Les années se suivent et se ressemblent, en 2001-2002, il dispute 26 matchs et marque à deux reprises puis lors de la saison 2002-2003, son compteur but grimpe à cinq unités, pour trente matchs joués. Cependant, il ne parvient à faire remonter le club en Ligue 1. «En D2, j’ai progressé sur le plan physique, j’ai gagné en maturité, mais quand on goûte à l’élite, on ne veut plus la quitter», affirme-t-il. En fin de contrat avec Nancy, il décide de mettre le cap au sud, pour Bastia. Le joueur n’oublie pas ses années passées en Lorraine, mais affiche ses ambitions personnelles: «j’ai passé plusieurs belles années à Nancy, mais je voulais changer d’air pour continuer ma progression. Retrouver la Ligue 1 était la meilleure des choses qui pouvaient m’arriver». En deux saisons en Corse, Youssef Hadji dispute 62 matchs et inscrit treize buts avant de s’envoler pour la Bretagne.En janvier 2007, il a rejoint Nancy où il a commencé sa carrière professionnelle. Il y réalise d’excellentes performances. Il finit d’ailleurs meilleur buteur du club lors de la saison 2008-2009 avec 11 buts au compteur. En fin de saison, il prolonge pour deux années supplémentaires. Lors de la saison 2009-2010 , il égale son record de buts marqués, soit onze. Le 31 août 2011, il retourne au Stade Rennais en signant un contrat de deux ans. En équipe nationale, Youssef Hadji a été l’un des artisans de la bonne performance des Nationaux dans la Coupe d’Afrique 2004 en Tunisie, où ils ont perdu la finale, la tête haute, devant le pays hôte. A son actif, il compte 62 sélections et 17 buts depuis 2003. Aujourd’hui à l’âge de 31 ans, Youssef est l’un des éléments clés de la bande à Gerets appelée à confirmer son statut d’un gros morceau du foot africain, en décrochant son billet pour la CAN 2012, en octobre prochain face à la Tanzanie.

hicham mouhlal

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *