Potins

«Marock» de Leila Marrakchi bientôt en salles
Le film « Marock » refait parler de lui. Après avoir enflammé les esprits lors de la huitième édition du festival national du film (FNF) àTanger, ce long-métrage sera projeté dans toutes les salles au Maroc en février. Tout le monde se rappelle que ce long métrage avait fait naître toute une polémique lors du FNF. Une polémique déclenchée par un critique de cinéma de la place et par le réalisateur Mohamed Asli.
L’origine de ce tapage : le personnage principal du film. Incarné par Marjana Alaoui, Rita tombe amoureuse d’un garçon de confession juive. « Le film porte atteinte à nos croyances et à nos convictions ». C’est ainsi que les protestations fusent de partout et vont jusqu’à la transformation sur un débat identitaire. Le film est même accusé de ne pas être une œuvre marocaine. « Ce n’est pas un film marocain et il ne mérite pas de participer à ce festival national», avait fustigé Mohamed Asli  dans une de ses déclarations. Ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir «Marock», ils pou-rront le  découvrir en février.

Bouchra Ahrich à Zagora
La comédienne Bouchra Ahrich se trouve en ce moment dans la région du Sud et plus précisément à Zagora. Cette actrice s’est rendue dans cette ville en compagnie de l’équipe du film de Tarfaya. Un long-métrage de Daoud Oulad Syad présenté en ouverture des rencontres cinématographiques de Zagora qui se déroulent jusqu’au 25 du mois courant. L’actrice en question prend un brin de repos en ce moment en attendant la reprise de la pièce «La femme du Pacha» de Hamid Basket. La tournée de cette pièce de théâtre reprend le 29 décembre et se prolongera jusqu’à la mi janvier. Après cette tournée, Bouchra va se préparer à jouer un autre rôle dans une autre pièce de Hamid Basket intitulée «Nekhoua» ou « fierté » en langue française. Bouchra Ahrich explique que le rythme sera accéléré à partir du mois de janvier. « Pour l’instant, on se trouve dans une phase de transition puisqu’on vient de sortir d’un programme assez chargé, mais ça va reprendre en janvier» explique l’actrice.

Les projets de Hicham Lasri
Le mois de février s’annonce plein de projets pour Hicham Lasri. Ce réalisateur de courts-métrages vient d’avoir une proposition intéressante de la part de l’Union des écrivains du Maroc. Cette structure culturelle lui a proposé de publier le texte de sa pièce de théâtre(K) rêve. Le livre sera prêt en février et sera présenté durant le salon du livre à Casablanca.
Une autre pièce de théâtre se prépare pour Lasri. « Je suis en train de travailler sur une pièce de théâtre sous l’égide de la Fondation des arts vivants pour le mois de juin prochain ». Hicham Lasri passe du court-métrage au théâtre. Une façon d’animer sa carrière professionnelle. En parrallèle, le réalisateur se prépare à tourner en février un low budget pour le compte d’une boîte de production de la place. Il s’agit d’un film à très courte durée et au budget limité. « c‘est un film à la Hong Kongaise» explique Lasri.

Naima Illias, une touriste en Italie
La comédienne Naïma Illias revient tout juste d’un voyage touristique en Italie. Un séjour qui s’est soldé par une offre de travail de la part d’un réalisateur marocain résident en Italie. « Je suis partie juste pour des vacances en Italie et j’ai rencontré le cinéaste Gharib Mouchtari, il m’a proposé de jouer dans sa prochaine série télévisée ». Naima Illias a accepté de facto et se dit heureuse de pouvoir travailler avec ce réalisateur.
De retour au Maroc, cette comédienne a été invitée à la troisième édition du Festival cinéma et immigration à Agadir pour représenter le film « Tarfaya » en compagnie du reste du staff.
En ce moment, Naïma Illias se trouve à Meknès pour le tournage du téléfilm «L’héritier » du réalisateur Bnou Tachfine. Naïma Illias déclare qu’elle campe un rôle différent des personnages qu’elle a interprétés auparavant.
Mais elle n’en dira pas davantage en déclarant qu’elle veut que c’est une surprise pour le spectateur.

Catherine Zeta Jones fait du Ski
En ces périodes de fêtes de fin d’année, les stars elles aussi investissent les stations de sports d’hiver. Catherine Zeta-Jones et Michael Douglas ont, eux, chaussé les skis à Aspen dans le Colorado.
Ce n’est pas la première fois que le couple passe Noël dans cette station américaine. C’est en effet à Aspen qu’il y a six ans l’acteur avait demandé la main de la belle Galloise le jour du nouvel an. A noter que Michael et Catherine ne sont pas les seules stars à dévaler les superbes pistes d’Aspen. Seal et Heidi Klum ont eux aussi posé leurs valises dans la station. Mais le chanteur et le mannequin ont opté pour le snowboard.

Elton John et David Furnish sont "mariés"
Elton John s’est uni civilement mercredi à son compagnon canadien de longue date David Furnish au cours d’une cérémonie considérée comme un point culminant dans le combat pour les droits des homosexuels en Grande-Bretagne… et une fête pour les chasseurs de célébrités. Dès avant l’aube, les fans se massaient dans les rues pavées autour de l’hôtel de ville de Windsor, le Guildhall, là même où le prince Charles et Camilla Parker Bowles se sont mariés en avril.
Le chanteur-compositeur John, 58 ans, et le réalisateur canadien Furnish, 43 ans, sont arrivés à pied vers 10h50 locales (10h50 GMT) et ont brièvement pris la pause pour sourire et saluer devant les nombreuses caméras présentes. A leur sortie, ils ont levé les pouces en signe de contentement tandis que du riz leur était jeté, comme le veut la tradition lors des mariages. Ils vivent ensemble depuis 12 ans. La police avait érigé des barrières de sécurité autour de l’hôtel de ville mais les agents, à cheval ou non, semblaient détendus. Le Premier ministre Tony Blair, s’exprimant lors d’une conférence de presse, a adressé ses meilleurs voeux au couple, les félicitant d’exercer leurs nouveaux droits.

Le secret de polichinelle de Karima Skalli
La chanteuse Karima Skalli revient du Caire où elle avait animé un concert organisé par l’Alliance égyptienne. Avant de se rendre en Egypte, Karima Skalli avait tout juste transité par la France et l’Autriche. Son dernier concert au Maroc fut à l’occasion du festival Casandalouse en début décembre. Karima Skalli prépare un projet musical dont elle ne veut pas révéler le contenu. En fait la chanteuse déclare que ce n’est pas encore officiel, elle n’est pas sûre de l’aboutissement du projet et ne veut pas en parler pour le moment. Elle préfère y travailler en catimini, en attendant de s’assurer du bon déroulement du projet. «ça se prépare, mais je préfère en garder le secret pour le moment ».

Le Marocain DJ Hak’X en finale
Le Marocain DJ Hak’X sera en finale du concours Heineken Music Thirst 2005, prévue à Cape Town, en Afrique du Sud, le 7 janvier prochain. Dans cette rencontre inédite, ce seront cinq DJ venus de continents différents qui s’affronteront. Le concours Thirst a parcouru 23 villes à travers le monde, de l’Indonésie à Israël, du Danemark à Dubaï, de l’Australie au Maroc et du Vietnam à l’Égypte, à la recherche du DJ le plus talentueux. Agé d’à peine 22 ans,  le représentant du Maroc, DJ Hak’X aura pour concurrents l’Indonésien DJ Adhe, le Danois DJ Ronin, le Sud-Africain DJ Budda et le Mexicain DJ Eduardo. La finale qui se tiendra au Castle of Good Hope, débutera par un concert exceptionnel de Mylo, la nouvelle sensation venue d’Écosse. Un panel de juges renommés (comprenant des représentants de DJ Mag, le plus important magazine de Dance Music au Royaume-Uni, et de Pioneer, partenaire fournisseur de matériel pour DJ) aura la lourde tâche de désigner le grand vainqueur du concours Thirst 2005. L’heureux élu se produira à nouveau, avant de laisser la place au duo électrique Basement Jaxx (DJ set). La soirée se terminera par un concert du célèbre DJ Erick Morillo.

Mohamed Lotfi s’insurge contre Himmich
Le réalisateur et producteur Mohamed Lotfi est en colère. Il s’insurge contre Hakima Himmich et son entreprise de Sidaction. « Lors de la campagne «Sidaction» relayée en direct par 2M, TVM et Almaghribia, Mme Himmich n’a pas fait une seule seconde allusion à moi sachant que j’ai été le premier réalisateur à avoir traité la problématique du sida au Maroc », s’exclame Mohamed Lotfi. Ce dernier évoque ici son film «Rhesus, le sang de l’autre» qui relate l’histoire d’un séropositif. « J’ai été l’un des premiers à transposer cette réalité au cinéma, à l’époque où parler de ce virus était encore tabou ». Pire, Mohamed Lotfi n’a pas supporté le fait que Hakima Himmich ait fait appel à d’autres artistes et qu’elle l’ait écarté de cette campagne. « La présidente de l’ALCS a appelé des artistes qui n’ont rien à avoir avec le sujet, et moi qui ait mené un combat pour la lutte contre le sida, elle m’a exclu», ajoute le réalisateur. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *