Potins

La tournée de Gad à Jérusalem
Après avoir reporté son spectacle en Tunisie, le célébrissime humoriste marocain Gad El Maleh s’est produit le 22 février en Israël. L’humoriste devrait en effet donner deux représentations les 31 mars et 1er avril 2006, dans la salle Le Colisée à Tunis, récemment rénovée et à laquelle on allait apporter des transformations, spécialement pour cet événement.  Certains observateurs du milieu artistique et quelques-uns de ses fans n’ont pas manqué de se demander pour quelle raison leur « chouchou » boude la Tunisie. Ce ne serait pas la seule fois où Gad reporte les dates de son one-man-show dans ce pays. Par le biais de son manager, Gad a demandé le report du spectacle à une date ultérieure, voire indéfinie. Le public israélien, lui, a par contre pu goûter au spectacle «L’autre c’est moi », le dernier bébé de Gad. Le spectacle a eu lieu mercredi dernier à Jérusalem.

Hanaa Al Idrissi, la Marocaine de la Star Ac Liban
L’élève marocaine de la star AC 2006 de la LBC au Liban à les faveurs des pronostics. Les votes des spectateurs prévoient sa sélection pour la demi-finale qui devrait avoir lieu dans les jours à venir. En pleine phase de convalescence, Hanaa El Idrissi est aujourd’hui classée 2ème au Top 5 des meilleurs élèves grâce à sa persévérance et à son rythme de travail. Elle est aujourd’hui en lice aux côtés des candidates Chadia Semlali et Jihane Khamass.  Le public marocain peut s’offrir la possibilité de voter pour la candidate marocaine en envoyant des sms au 5507 ou en appelant le 3050. Le prime du 17 février s’est soldé par le départ du candidat saoudien Mohamed Fahd. Hanaa, elle, tient la route et semble poursuivre brillamment son chemin. Cette candidate est originaire de Salé. Agée de 19 ans, Hanna est étudiante en commerce, elle a plusieurs passions : la musique, la danse et la couture.

«L’impromptu» de Mohamed Nadif
La pièce de théâtre «L’impromptu de Casablanca» mise en scène par Mohammed Nadif se jouera désormais en arabe dialectale. Enfin, cette nouvelle formule fait partie des projets de ce comédien aux multiples casquettes. Après avoir fait l’objet d’une résidence artistique à l’Institut français de Fès, le spectacle a été présenté, il y a deux semaines à Meknés. Aujourd’hui, la troupe de Nadif est en pleine répétition de «L’impromptu» en arabé dialectale. La chaîne de télévision 2M aurait choisi de tourner exclusivement la pièce en attendant que les sponsors se démènent pour que la troupe puisse organiser la tournée dans tout le Maroc. « La pièce en français a été produite par l’Institut français de Casablanca, maintenant pour la version en arabe, c’est une autre histoire», explique Nadif. Pour cet acteur, il n’est pas question de prendre le risque de réaliser la tournée uniquement sur la base des tickets d’entrée. Une entreprise dangereuse pour l’artiste qui préfère attendre les sponsors. 

Said Zerouali médite à Berkane
Le chanteur Saïd Zerouali est en éternelle recherche. Après la sortie de son album « Mayemmi » en 2005, ce musicien est entré dans une période de silence. Ce silence prolongé est synonyme pour ce chanteur de recherche et d’expérimentation. « Mayemmi» qui signifie littéralement « pourquoi» avait enregistré un vrai succès. Malgré le problème de la distribution que subissent la plupart des musiciens, les chansons de Saïd Zerouali sont répandues dans la région du Rif, à Nador, Oujda et Bekane. Dans un entretien à ALM le chanteur avait fait part de la mentalité des producteurs dans cette région. « Ils ont peur de la chanson politisé, ils sont surtout à la recherche de la «chanson jetable», celle qui fait danser»,  déplore Said Zerouali. Ce dernier mène néanmoins son combat et ne cède pas à la volonté des maisons de disques. Suivant la voix et le style d’Idir, le poète et le chanteur kabyle s’engage à créer des rythmes et des paroles de qualité.

Achraf Makoudi fonce vers Tétouan
Le styliste Achraf Makoudi, gagnant de l’évènement caftan 2004, s’apprête à s’installer à Tétouan. C’est dans cette ville du Nord, que le créateur lauréat du Collège Lassalle à Rabat, souhaite ouvrir boutique et réaliser des créations pour la population locale. Achraf justifie ce choix par l’absence cruciale de stylistes à Tétouan. « Le terrain est encore fertile, ce n’est pas le cas à Casablanca ou à Rabat, où il y a une saturation de l’offre », explique le styliste. En réfléchissant à plusieurs reprises, ce dernier décide finalement de se rendre sur place. Accompagné de ses parents, le jeune créateur part dans les prochaines semaines à Tétouan pour baliser le terrain, s’enquérir des lieux et de la possibilité de louer un appartement pour y installer son atelier. « C’est un projet qui me tient à cœur, si tout se passe bien, je devrais élire domicile à Tétouan en été  prochain », nous informe Achraf.. Une période tombée à point nommé puisque l’été est une saison où il pleut des mariages et autres cérémonies.
L’occasion pour le créateur de dessiner des caftans «haute couture» pour les femmes du Nord. 

Fatine fait de la pub
L’humoriste en herbe, Fatine Youssfi, lauréate de 15 ans 15 talents, vient de tourner un sketch pour le premier opérateur de téléphonie mobile au Maroc. A l’instar de Jamal Debbouze devenu presque la mascotte de cet opérateur, Fatine prend la relève ou plutôt rejoint l’humoriste déjà confirmé sur la scène internationale. Fatine ne donnera pas plus de détails et préfère réserver la surprise pour le spectateur.
En parallèle à ses études en ingénieurie à Mohamédia, Fatine est en pleine écriture de son prochain one man show. «J’essaie de concilier entre mes études et mon art», déclare Fatine. Une façon pour elle d’affirmer son rêve de faire carrière dans la scène de l’humour au Maroc et pourquoi pas également d’ailleurs. Pour commencer la tournée, il faudrait d’abord trouver ceux qui vont la financer. Pour un début, 2M aurait proposé à Fatine de la produire. Fatine est aussi à la recherche de co-scénaristes pour son spectacle.

Le rêve de Sarah Mellouki
Sarah Mellouki, la candidate de l’émission 15 ans 15 talents, organisée par 2M en 2004, est aujourd’hui plus optimiste. Après avoir quitté parents et famille en France pour décider de s’installer à Casablanca, Sarah devenait de plus en plus hésitante. « Au départ, j’avais du mal à m’adapter, j’avais la nostalgie», nous raconte-t-elle. Mais aujourd’hui, cette journaliste et animatrice a dépassé le cap. Elle travaille toujours dans l’émission hebdomadaire « Ajial » et ne veut plus quitter le Maroc, son pays natal. « Je me charge des relations publiques et je réalise des reportages ». Sarah est contente de son job, sauf qu’elle aimerait bien passer devant la caméra. « Mon rêve, c’est qu’un jour, je puisse sortir de l’ombre et que je fasse mes preuves en animant des émissions », nous dévoile-t-elle.  En attendant de voir son visage sur le petit écran le public écoute sa voix en off dans « Ajial » et «cybernet».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *