Potins

Daoud Oulad Syad en éternel repérage
Le réalisateur Daoud Oulad Syad continue toujours ses repérages pour son film en préparation « En attendant Passolini ». « Chaque mois, je me rends à Ouarzazatte et à Zagora pour faire mes repérages, je connais à peu près les décors où va se dérouler le tournage», confie le cinéaste à ALM. Le tournage devrait commencer en novembre prochain, mais avant, il faudrait terminer le montage financier pour la production. «Nous attendons les fonds pour pouvoir financer le film», ajoute Daoud Oulad Syad. Ce dernier avait reçu la subvention du fonds d’aide au soutien cinématographique lors de la première réunion au titre de la session 2006-2007. Mais le montant de 3 millions et demi de DH n’est pas suffisant pour produire le film en entier. Le réalisateur est  donc à la recherche de fonds étrangers, même si il a peur que cette fois-ci il ne reçoit aucun sou. «J’ai toujours reçu de l’argent avec une coproduction étrangère mais cette fois ci il y a un- risque que mon dossier ne doit pas être retenu». Mais Daoud Oulad Syad ne s’arrêtera pas là, il peut commencer à filmer quelques scènes et demander un financement en post-production.


Complot contre Beyoncé
Mathew Knowles, père et manager de Beyoncé accuse certains médias de faire front contre sa fille dans le but de ruiner sa carrière. «Je suis convaincu qu’il y a une campagne délibérée contre ma fille pour l’empêcher de sortir son album dans de bonnes conditions… On ne sait pas encore que vont-ils inventer. La prochaine fois, ils diront qu’elle chante des chansons à l’envers avec des messages subliminaux cachés…», a-t-il déclaré. L’album de Beyoncé baptisé B’Day est prévu dans les bacs dès le 5 septembre.


La success story de Hassan El Fad
Hassan El Fad est revenu joyeux de sa tournée en Europe. En juin dernier, cet humoriste a présenté son dernier spectacle « Docteur escargot » le 15 à Bruxelles et le 16 à Lille en France. Ce one-man-show a fait un tabac lors de cette tournée. Hassan El Fad en garde de bons souvenirs. «La tournée s’est déroulée dans de bonnes conditions et les spectateurs ont été très réceptifs», déclare Hassan El Fad. Pour rappel : «Docteur escargot » est une fresque composée de quatre sketchs. Il se met tantôt dans la peau d’un gardien de voitures atteint de mythomanie, tantôt dans celle d’un spécialiste des hermaphrodites et une écolière de soixante ans qui prévoît d’aller en colonie de vacances. Le roi de la satire ne compte pas s’installer dans le succès de ce one-man -show, comme tout artiste créatif, il se penchera sur de nouveaux projets pour le mois de ramadan. Mais pour l’instant il préfère en garder le secret. « J’ai uniquement quelques bribes d’informations, ce n’est pas encore clair», tranche  Hassan El Fad.


Bouchra Ouizguen en résidence d’artiste à Tours
La chorégraphe Bouchra Ouizguen de la troupe Anania se prépare pour une résidence d’artiste à Tours en France prévue du 1er au 12 octobre. Elle sera accompagnée de Taoufik Izzediou le fondateur de la troupe qui a vu le jour à Marrakech. Durant cette résidence, les deux danseurs vont peaufiner leur duo « Déserts et désirs». Ce spectacle est né du désir de se rapprocher après s’être éloignés un certain temps. C’est l’histoire ou plutôt l’image d’un homme, une femme, une scène qui transforment le désert en désir. C’est une chorégraphie du rapprochement mais aussi de la séparation. Lui d’un côté, elle de l’autre… Leurs corps s’éloignent, leurs pensées se rapprochent, et le public vit une réalité : hommes, femmes (à) jamais ensemble. Après la résidence, le spectacle sera présenté le 12 octobre au Centre chorégraphique de Tours. Pour le solo, Bouchra Ouizguen réserve la surprise pour 2007.


Houda Sidki dans la peau d’une institutrice
La comédienne Houda Sidki joue le premier rôle dans le premier court-métrage du journaliste Rachid Zaki. Ce dernier compte débuter le tournage de «La leçon » les 18 et 19 septembre à Casablanca. C’est plus précisément dans les ruelles du Habous et dans une école du quartier où le décor sera installé. Houda Sidki va entrer dans la peau d’une institutrice. «C’est l’histoire d’une institutrice qui donne de l’argent à  son élève pour qu’il aille acheter del’eau, ce dernier va s’enfuire et ne plus revenir», raconte Houda Sidki. C’est ainsi que sera lancée une véritable course-poursuite dans les ruelles du quartier où siège l’école. Une fois qu’elle aura terminé le tournage de ce court, Houda va se rendre après le ramadan à Safi pour rencontrer les connaisseurs de l’art de l’aïta de cette ville pour les besoins du film «Kharboucha».  Elle y joue encore une fois le premier rôle.


Samira Sakel en tournée
La comédienne Samira Sakel de la troupe M théâtre prépare la tournée de la pièce «Les oiseaux immigrés » qui débute le 15 septembre. A l’occasion du festival de Tanger sans frontières, les membres de la troupe se produiront à la Maison de jeunes « Hasnouna ». Mis en scène par Khalid Mrimi et coproduite avec le Goethe Intitut de Rabat, cette pièce raconte l’histoire d’une Marocaine résidente en Europe et qui souhaite visiter le Maroc et faire un voyage dans le pays. Elle cherche à découvrir le vrai visage du Maroc et non l’image folklorique donnée par les médias. Elle fait connaissance par Internet d’un jeune Marocain qui cherche un moyen pour quitter le pays. La rencontre est faite, le voyage commence. Chacun cherche à présenter une belle image de lui face à l’autre. Mais au fur et à mesure, les différences émergent. La tournée se poursuivra le 29 septembre au théâtre de Meknès. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *