POTINS

Sanaa Akroud fait son entrée au cinéma égyptien

Sanaa Akroud a achevé le tournage de son premier long-métrage égyptien intitulé «Ihki ya Sharazad» aux cotés de Mouna Zaki, Mahmoud Hamida et sous la direction de Yousri Nasrallah. Au plan national, elle vient de participer au long-métrage marocain «Dernières étapes des anges». Ce film, dont la réalisation sera alternée entre Narjis Najar, Hicham Lasri et Mohamed Mouftakir , présentera le destin de trois femmes qui malgré les difficultés ont décidé de rectifier le tir et de mener leur vie jusqu’au bout. Parallèlement, la jeune actrice vient de tenter sa première expérience en tant que scénariste, réalisatrice et productrice. Son court-métrage intitulé «Atini nay wa ghani» a été marqué par la participation de Latefa Ahrrare.



Procès maintenu entre Wahid et Derkaoui

Le tribunal de première instance de Casablanca a reporté au 23 avril, l’examen du procès relatif aux droits d’auteurs, déposé par le scénariste marocain Noureddine Wahid contre la maison de production «Ciné-scène international» de Abdelkrim Derkaoui. Selon le scénariste, cette affaire, qui est une première en son genre dans l’histoire de la justice marocaine, constituera une étape importante dans le cinéma marocain. «Il est temps que le champ cinématographique comprenne que nous ne souffrons pas d’une crise d’écriture mais de réalisation. Le traitement de ce genre d’affaire dispensera un bon nombre de personnes de leurs fonctions», a t-il précisé. Au moment où Abdelkrim Derkaoui a refusé d’émettre le moindre commentaire concernant ce sujet. Noureddine Wahid est l’auteur des «Enfants terribles de Casablanca» que «Ciné-scène international» a tourné récemment avec la production du Centre cinématographique marocain.



Hayat El Idrissi bientôt de retour

Après avoir suspendu momentanément sa carrière suite à sa maladie, Hayat El Idrissi revient pour enchanter les mélomanes avec sa voix en or. Elle prépare actuellement un nouvel album qui comprendra six chansons marocaines. En même temps, elle vient de terminer sa tournée en Hollande en compagnie de Abdelhadi Belkhayat et Saïd Sanhaji. Hayat El Idrissi qui a repris avec grâce et excellence les grands titres de Oum Kalthoum, fait partie des voix féminines qui marqueront à jamais la chanson marocaine.


Ramy Ayach épouse Zeina

L’actrice égyptienne Zeina a été choisie pour participer à «Azmet ab» (crise d’un père) devant le chanteur libanais Ramy Ayach. Sous la direction du réalisateur Akram Farid, Zeina et Ramy joueront, dans un cadre comique, le rôle de deux époux qui seront obligés de divorcer suite aux innombrables problèmes. Après la désunion des conjoints, le père décidera d’élever seul leur fils. Le réalisateur Akram Farid poursuit le casting pour déterminer les autres personnages du film.


Saïd Naciri, le cupidon de Derb Sultan

Le comédien Saïd Naciri, président de l’Association « Zawaj Derb Sultan», a annoncé lors d’une conférence de presse tenue dernièrement à Casablanca la 2ème édition du festival «Zawaj Derb Sultan», qui se déroulera du 2 au 5 juillet sous le thème de «Zawaj : amour et solidarité». L’enjeux de cette édition est d’atteindre un million de visiteurs. Les festivités de «Zawaj Derb Sultan» visent à consolider les valeurs de la société marocaine et à mettre en exergue les traditions de la population de Derb Sultan. Ce festival qui parcourra les trois étapes du mariage (Fatiha, fiançailles et noces), connaîtra la participation de nombreuses célébrités artistiques, culturelles et sportives issues de ce quartier historique de Casablanca. Ainsi parmi les invités cet événement, on citera Naima Samih et Naima Lamcharki , présidentes d’honneur, Naima Ilias, El Haja El Hamdaouia, Ba Jedoub, Abdellatif Zine et autres. Les festivités qui s’étaleront sur quatre jours célébreront l’union de 10 couples, des compétitions de psalmodie, de coiffure, art culinaire, henné et de la pratique de «Tanegaft». À signaler que la première édition a connu la présence de 400.000 personnes.   


Ahmed Essaka en duo avec Machaalani

L’acteur égyptien Ahmed Essaka a enregistré avec Pascal Machaalani son premier duo. Cette chanson s’inscrit dans le cadre d’une émission télévisée à laquelle les deux artistes ont été invités. Le clip de la chanson a été tourné au Liban dans une région montagnarde au cœur de la station de ski Faraya. Pascal a décidé de joindre cette chanson à son album dans lequel Ahmed Essaka a participé par l’écriture deux chansons.



Mohamed Miftah dans Adham Charkaoui

L’acteur marocain Mohamed Miftah participera prochainement au feuilleton égyptien «Adham Charkaoui» sous la direction du Syrien Bassil Al Khatib. Pour son rôle, Miftah affirme qu’il aura une valeur ajoutée de son parcours puisqu’il l’introduira dans le champ dramatique égyptien après avoir laissé une empreinte dans les productions syriennes. La projection de cette série, dont le premier rôle est attribué à Mohamed Rajab et la chanteuse libanaise Dolly Chahin, est prévue pour le mois de Ramadan. Mohamed Miftah était également appelé à jouer dans un long-métrage aux côtés du célèbre Yahya El Fakharani.  Par ailleurs, Mohamed Miftah a déclaré à la presse nationale avoir déposé en vain plusieurs candidatures auprès des deux chaînes nationales ainsi que le Centre cinématographique marocain (CCM). Accusant, dans le même contexte, les décideurs d’avorter les initiatives dédiées au soutien de la production nationale.



Sana Mouziane défend Samira

Sana Mouziane a refusé les critiques qui ont été émises à son égard concernant le rôle de «Samira» dans le long-métrage «Les jardins de Samira». Dans sa défense, Sana a précisé que son rôle n’incite pas à l’adultère. Le personnage de Samira reflète la souffrance de nombreuses femmes qui se marient par profit. La trahison dans le film est traitée comme une conséquence à laquelle il faut faire face. « Les jardins de Samira » est une sonnette d’alarme que le staff du film a tirée pour mettre un peu de lumière sur cette situation taboue. Sana Mouziane est très heureuse de ce rôle qui lui permis de faire son entrée au cinéma national. Entre autre, Sana cartonne dans  le long-métrage belge «Lost», dans lequel elle joue le premier rôle. Il s’agit de Nadia, une immigrée pakistanaise qui souffre de racisme. Par cette participation, Sana Mouziane est la première actrice marocaine à jouer le premier rôle dans un film belge et en flamand.


«Mawsim El Mechaoucha» bientôt sur les écrans

Le réalisateur marocain Mohamed Ahed Bensouda met les touches finales sur son premier long-métrage «Mawsim El Mechaoucha» qui sera projeté sur les écrans en avril. Ce film est une adaptation d’une nouvelle de Mohamed Mouncif El Kadiri. Le tournage a duré cinq semaine entre Fès, Meknès, Erfoud, Sefrou et Ouarzazate. Ce film, dont le budget s’est élevé à 800 millions de centimes, a connu la participation de 50.000 comparses et 48 artistes dont Abdallâh Ferkous, Hamidou Benmassoud, Hicham Behloul, Rafiq Boubker, Rim Chamaou… l’action se déroule vers la fin du 19ème siècle, et raconte l’histoire de « Slimane » qui se donna corps et âme pour gagner le cœur de sa bien aimée.   



Katherine Heigl s’accroche à Grey’s Anatomy !

Katherine Heigl, qui a connu le succès grâce à la série «Grey’s Anatomy» voulait se consacrer pleinement au cinéma. Il y a quelques jours, elle avait même fait part de son intention de quitter plus vite que prévu la série. Un départ démenti par la production. Lors d’une fête organisée pour le 100ème épisode de la série, elle a bien confirmé qu’elle allait rempiler pour une année supplémentaire : «Je serai là. Je pensais que le personnage d’Izzie allait disparaître, et j’ai eu droit à beaucoup de haussements d’épaules et de hochements de tête. Je ne sais pas si c’est un oui ou un non. Personne ne veut me le dire, et je ne sais pas ce qui va se passer. Je ne sais pas si je vais vivre ou mourir ». «Grey’s Anatomy» ne l’empêchera pas de continuer à tourner pour le grand écran: elle sera bientôt à l’affiche de la comédie romantique «The Ugly Truth» et jouera  avec Ashton Kutcher dans «Five Killers».


Choc émotionnel de Liqaa Al Khamissi

L’actrice égyptienne Liqaa Al Khamissi s’est absentée depuis quelque temps du petit écran. Son absence est due à un choc émotionnel qu’elle a subi suite au décès d’une amie intime. Liqaa a révélé à la presse qu’elle a passé deux mois au chevet de sa copine qui souffrait d’une maladie grave. Cette perte a engendré à l’actrice une déception surtout que leur relation datait de l’enfance. L’actrice précise que son absence n’est que temporaire pour pouvoir reprendre confiance en elle.


Hourani décide de se convertir à l’Islam

L’amour fait bien des choses ! La chanteuse libanaise de confession chrétienne Dominique Hourani décide de changer de religion rien que pour l’amour de son mari. Sa conversion se déclarera bientôt et particulièrement en Iran. Cette idée  lui est venue après avoir lu un bon nombre des livres de religion, l’initiant ainsi à la pratique musulmane. Selon elle, la conversion à l’Islam est une preuve d’amour et un moyen de se rapprocher davantage de son mari et le père de son unique enfant. Le conjoint de Dominique est un jeune milliardaire d’origine iranienne. Il compte à son actif : 75 entreprises au monde.



Hind Hariri se marie avec son garde du corps

Hind Hariri, fille de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri vient de se marier. La jeune femme la plus fortunée du monde, âgée de 24 ans, a en effet uni son destin à celui d’Anas Karoutdira, son garde du corps. Et pour décor de ce conte de fées, Hind a choisi de célébrer ses noces dans la résidence parisienne de la famille Hariri. Outre la famille, les amis étaient également de la partie. Pour la photo officielle du mariage, les jeunes mariés ont tenu à poser sous la photo encadrée représentant Rafik Hariri et son épouse. Monsieur et Madame Chirac était présents, bien entendu. L’ex-Président de la République et son épouse étaient en effet des amis très proches de l’ex-premier ministre libanais et de sa famille. Ils sont d’ailleurs logés par les Hariri depuis leur départ de l’Elysée. Rappelons que si Hind est heureuse en amour, elle reste une femme très préoccupée. Le procès de l’assassinat de son père et des 22 autres personnes tuées dans l’attentat à Beyrouth a débuté début mai dernier aux Pays-Bas, à La Haye. Ce procès devrait être particulièrement long et pénible avant que justice ne soit rendue. Heureusement qu’Anas est là.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *