Potins : Oumnia de retour au Maroc

 Oumnia de retour au Maroc
Après un séjour en Egypte où elle préparait son premier album, la chanteuse Oumnia est revenue au Maroc. Elle doit enregistrer un des 10 titres de son album dont elle ne révèle pas encore le nom pour l’instant. Aujourd’hui seules quatre chansons sont prêtes. Oumnia ne veut pas donner trop de détail sur cet album. Pour se justifier, elle déclare : « il y a toujours une forte concurrence entre les maisons de productions et c’est pour cette raison que je préfère ne pas trop me prononcer là-dessus ». Elle n’en dira donc pas plus. Cependant elle déclare qu’elle prépare sa tournée à Beyrouth et en Syrie à partir de la fin du mois d’août.
Cette tournée sera suivie par une autre qui se déroulera en Europe. Le 11 septembre, Oumnia animera donc un concert dans la première étape de sa tournée européenne à Amsterdam. Une fois n’est pas coutume, Oumnia interprétera des chansons dans le répertoire de la musique andalouse. Oumnia chantera également ses chansons préférées dans le registre classique telles que des chansons d’Asmahan et de la diva arabe Oum Keltoum.


Ahmed Boulane et «les anges de satan»
Le réalisateur Ahmed Boulane a déclaré à ALM qu’il était en ce moment à la recherche du reste du montant pour financer son long- métrage : « Les anges de satan ». Pour rappel, ce film a reçu la subvention de 2 millions DH lors de la dernière session de la Commission du fonds d’aide au soutien cinématographique. Une somme qui est, selon l’auteur, trés minime par rapport aux grands besoins du film. « C’est la somme la plus petite qui a été accordée lors de cette session », déclare le réalisateur. Ce dernier promet de nouveaux visages pour ce film. Mais il n’en dira pas plus en ce qui concerne le casting.
Ceci étant donné que le cinéaste n’a pas encore totalement établi la liste des acteurs qui seront de la partie. Pour l’instant, Ahmed Boulane est concentré sur le volet financement. Il pense notamment à s’orienter vers des coproducteurs qui pourront l’aider à réaliser ce film. Mais rien n’est encore sûr. En parallèle, le réalisateur a des projets pour la télévision et vient d’achever l’écriture du film « Beldi, Romi et croisée ». « Une comédie rigolote», nous assure Boulane.


 Elam Jay en concert à Casablanca
Le chanteur et aujourd’hui producteur Elam-Jay prépare un concert pour le 5 août à la scène du C.O.C. Le public se rappelle que ce musicien, encore en début de carrière, avait organisé un spectacle musical l’année dernière à La Casablancaise. Ce concert aurait réuni plus de 20.000 personnes. C’était pour présenter son album Morena qui avait servi de promotion pour une marque internationale de boisson gazeuze.
Aujourd’hui, Elam Jay remonte sur scène pour faire son show et pour présenter son tout nouvel album sorti le 23 juillet. Il s’agit de « Ah Ya Lil ». Ce titre a été inspiré de son séjour dans les pays de l’Orient. Les sonorités de « Ah Ya Lil » sont un mélange de rythmes occidentales, avec une touche profondément orientale avec des rythmes arabes. Le concert du 5 août est 100% live et regroupera des choristes ainsi que des danseurs. Elam Jay semble beaucoup miser sur la scène et intègre très fréquemment des chorégraphies à son spectacle. Histoire d’animer la foule ?


Sofia Mestari construit son studio
Après l’interprétation musicale, la chanteuse marocaine Sofia Mestari qui avait brillé lors de son passage à l’Olympia aura son studio d’enregistrement. Contactée par ALM, Sofia a déclare que les travaux de construction démarrent dans peu de temps. Fille de l’opérateur touristique marocain Mekki Mestari, cette chanteuse semble avoir hérité de la volonté d’entreprise de son père. Ce studio sera construit à Marrakech et devrait servir à accueillir les artistes nationaux et internationaux.
En parallèle, et selon les dires de Sofia, les musiciens pourront effectuer un séjour artistique suite auquel ils pourront enregistrer leur album. Cette musicienne a ajouté entre autres que le volet pédagogique sera lui aussi pris en compte. À cet effet, des cours de musique devraient être dispensés au sein de ce studio. Pour la réalisation de cet établissement, son père qui est le bailleur de fonds s’est associé avec le manager de Sofia qui n’est autre que Cool Marcial Luis. Selon les prédictions de son père, le studio de Marrakech devrait être prêt au  printemps prochain.


Ousfour en action
Le pionnier du cinéma marocain Moha-med Ousfour est quelque peu attristé du fait que les salles de cinéma ne projettent pas ses films qui datent des années 40. Une époque où le 7ème art marocain était à peine à ses débuts. Des débuts qui ont pour principal protagoniste Mohamed Ousfour. Ce dernier a en effet contribué à la naissance du cinéma marocain. Avec des moyens très limités, Ousfour arrivait à confectionner et réaliser des films d’une certaine valeur.
Lors de la quatrième édition du Festival international du film de Marrakech, le directeur de la première chaîne nationale Fayçal Laraichi avait déclaré à Ousfour qu’il allait l’aider pour produire un de ses téléfilms. Ousfour l’a pris au mot et s’est tout de suite attelé à l’écriture de scénario de deux téléfilms. Ils sont à présent déposés à la TVM et Ousfour attend une réponse qui ne devrait pas tarder. Entretemps, ce réalisateur marocain veut que ses vieux films soient projetés même s’il faut le faire gratuitement.




 Mohamed Miftah dans un rôle historique

Le poids de l’histoire est souvent lourd à porter. Mohamed Miftah ne va pas contredire cette thèse. Cet acteur incarne aujourd’hui le rôle de Ben Amar dans le feuilleton syrien « Moulouk Taouaif ». Cette série du réalisateur Hatim Ali est tournée au Maroc et plus précisément dans les villes de Meknès, Rabat et Marrakech. Le tournage a commencé il y a de cela trois mois  Cette série raconte en substance l’histoire de la Dynastie des Almoravides. On l’aura compris, ceci se passe au XIème siècle.
Mohamed Miftah possède le premier rôle dans ce feuilleton. Un rôle qui selon lui est très difficile. Contacté par ALM, cet acteur a déclaré qu’il doit réaliser 157 scènes. Chaque scène, c’est environ 6 pages. Mohamed Miftah a aussi tenu à ajouter que les dialogues sont longs et éprouvants. En fait, Miftah a peur de ne pas pouvoir réussir ce rôle à la perfection. Mais cet acteur dit qu’il fera de son mieux et ne manque pas de prier Dieu pour qu’Il l’aide. C’est dire à quel point Mifah considère ce rôle dur. Mohamed Miftah interprète « Ben Amar » aux côtés  des acteurs syriens Ayman Zidan, Jamal Sliman ainsi que Suzanne Najmedin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *