Pour tout savoir sur la bourse

Entre deux studios de mixage, un petit tout quand même chez le coiffeur pour Rafii S’haki, animateur-producteur du magazine « Emergence », mensuel de l’économie… Tout doit être au point pour ce soir à 21h50 ! Pour Rafii ce qui est important c’est que le public comprenne de quoi il s’agit et fasse le tour de la question en 52 minutes, durée de l’émission.
A ce sujet, il explique : « J’ai choisi la voie de la vulgarisation pour essayer de rapprocher le téléspectateur par rapport aux thèmes abordés et susceptibles de l’intéresser, d’autant plus que 2M diffuse auprès d’un très large public au Maroc comme ailleurs. ». Ce soir, M. S’haki a choisi de nous faire un petit tour du côté de la Bourse de Casablanca. Il évoque trois raisons à ce choix. En effet, c’est un sujet d’actualité puisque depuis le 1er janvier 2002, il y a eu le lancement de deux nouveaux indices qui sont beaucoup plus performants que l’ancien et qui reflètent mieux le marché boursier marocain : le Masi et le Madex. Par ailleurs, un deuxième événement majeur est l’achèvement de la modernisation de la bourse qui existe depuis 1993, et qui se résume par règlement-livraison-simultané. En effet, aujourd’hui, au Maroc, celui qui achète des actions est assuré de recevoir ses actions dès le montant réglé alors qu’avant cela prenait des semaines. Celui qui vend ses actions est également assuré d’être réglé à J+3, au maximum donc 3 jours après la transaction. La troisième raison c’est simplement éclairer les téléspectateurs qui s’intéressent à la bourse. Faire le tour de tout ce qu’ils ont toujours voulu savoir sur la bourse sans jamais le demander.
L’émission sera constituée de trois volets, dont deux reportages et un zoom. Le premier dossier sera une invitation au voyage à la bourse marocaine de Casablanca : marché, indices, compartiments… Des termes qui peuvent paraître rébarbatifs et compliqués dans un premier temps et que Rafii se propose d’éclairer à travers un reportage de 12 minutes. Suivra alors un deuxième dossier consacré cette fois-ci aux différents intervenants de la bourse. Qui fait quoi dans la jungle des finances ? D’abord plus de détails sur la Société Bourse de Casablanca avec un tour chez les intermédiaires qui agissent entre les acheteurs, les vendeurs pour le compte de leurs particuliers, des institutionnels et enfin des entreprises.
Après la modernisation de la bourse, on doit faire appel à des intermédiaires puisque ce qu’on appelle les sessions directes et la crié n’existent plus. Aujourd’hui, c’est la cotation électronique qui a pris le relais. Un petit mot sur les gestionnaires de fonds d’investissements, l’OPCVM ou encore sur le gendarme de la bourse, le CDVM, Conseil Déontologique des valeurs mobilières… On enchaîne avec le dépositaire central, créé sous la tutelle de Bank Al Maghrib… Un mot sur les émetteurs sans qui la bourse n’existerait pas. Rafii a choisi de s’intéresser aux deux émetteurs les plus significatifs : la SAMIR et les Ciments du Maroc. Le président du plus gros investisseur en bourse au Maroc sera de la partie. Il s’agit de M. Darwich, patron de la direction des placements à la CDG.
Un dernier clin d’oeil sur les différents investisseurs : les institutionnels que sont les compagnies d’assurances et la caisse de retraite et qui sont, par obligation réglementaire, tenues d’investir en bourse, mais aussi sur les entreprises et enfin les particuliers. Un dernier zoom sur la seule société cotée en bourse spécialisée dans les nouvelles technologies. Comme invité sur le plateau Rafii recevra Driis Bencheikh, président du directoire de Casablanca qui complètera ce qui n’aura pas été dit. Et la boucle est bouclée ! Théoriquement avec tout cela vous devriez être paré pour devenir un véritable golden boy !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *