Pour une nouvelle culture de citoyenneté

Pour une nouvelle culture de citoyenneté

Les visiteurs du 18ème Salon international de l’édition et du livre (SIEL), organisé du 10 au 19 février à Casablanca, ne peuvent que trouver leur compte. Dès l’accès aux locaux, on ne peut qu’être surpris par le grand nombre d’exposants. A quelques pas de l’entrée est perché le stand réservé à l’Arabie Saoudite, invitée d’honneur de cette édition tenue sous le thème «Un temps pour lire, un temps pour vivre». Une fois dedans, le nez ne peut demeurer insensible à l’odeur des fumigations «Bkhour». Une fragrance qui donne au visiteur l’impression d’être dans les Lieux Saints. A lui seul, cet espace fait non seulement le bonheur des passionnés de théologie mais aussi des enfants à travers des ateliers de dessin et des jeunes en lançant un appel à idées pour contribuer à un ouvrage de Aïd El-Karni.
Le SIEL c’est aussi une occasion pour le débat. Et c’est l’écrivain Mohamed Larbi Messari qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal. A cette occasion, il a animé une conférence sous le thème «Vers une nouvelle culture de citoyenneté : méditations au sujet de l’application participative de la Constitution». A cet égard, il a estimé que «la nouvelle Constitution aboutira, en cas d’une bonne application de ses dispositions, à un nouveau modèle de citoyenneté responsable». A ses yeux, plusieurs facteurs pourraient contribuer à une application réussie de la nouvelle Loi fondamentale. C’est le cas de la maturité politique des Marocains ayant toujours prouvé leur capacité à encadrer efficacement la société et les ententes politiques avec leur rôle majeur dans l’accélération des réformes.
Par ailleurs, M. Messari a mis en garde contre un excès de pouvoir des instances de bonne gouvernance et la promulgation de textes réglementaires qui videront la Constitution de sa substance. C’est pourquoi il a plaidé en faveur de l’interprétation démocratique lors de l’élaboration de ces textes conformément aux orientations de SM le Roi Mohammed VI.
Dans l’autre bout du couloir réservé aux conférences, les voix de poètes ont vivement retenti pour combler les férus de la poésie. Ceux-ci ont ainsi eu rendez-vous avec Fatiha Morchid, Hassan Nejmi et Driss Allouch qui ont donné lecture de leurs récentes publications. De quoi enchanter les sens !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *