Premier Forum-Tanger «Tarab Al Ala» : Le compte à rebours a commencé

Premier Forum-Tanger «Tarab Al Ala» : Le compte  à rebours a commencé

Contribuer à la propagation de la culture musicale dans la région du Nord et la création d’un pont culturel tendant ses ramifications vers les villes les plus influentes au Maroc (telles que Fès, Meknès, Salé, Rabat, Casablanca, Essaouira, Safi et Marrakech) ainsi que le reste du Maghreb arabe et l’autre rive de la Méditerranée. C’est l’un des principaux objectifs du premier Forum-Tanger «Tarab Al Ala», dont l’ouverture des travaux aura lieu le 9 février prochain. Les organisateurs prévoient, en plus des concerts, deux tables rondes réunissant plusieurs experts historiens et des musicologues marocains, tunisiens et espagnols afin de débattre de l’évolution de la musique maghrébo-andalouse. Cette première édition permet ainsi «d’éclairer les zones d’ombre qui éclipsèrent les grands travaux entrepris dans la région du Nord durant moult stades de l’histoire de cet art musical», selon l’équipe chargée de l’organisation de cette première édition.

Initiée par l’Association confluences musicales en collaboration avec le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et la mairie de Tanger, cette manifestation de deux jours, dont la majorité des travaux se déroulera au prestigieux Centre culturel Ahmed Boukmakh, sera marquée, en plus des concerts et des deux tables rondes, par le vernissage des photographies des maîtres d’Al Ala au Maroc. Cette collection photographique servira pour célébrer la mémoire des célèbres maîtres et musiciens, détenteurs du patrimoine musical, à une époque où n’existait aucun système de graphie ou d’enregistrement sonore. Elle sera ainsi d’une grande importance pour les jeunes qui n’ont pu côtoyer ces grands maîtres, «à une époque où l’image est devenue un mode de transfert et de partage très puissant et produit un impact étonnant sur le public. Cette collection n’est pas exhaustive parce que les documents originaux sont rares et souvent d’une qualité tellement médiocre qu’on ne peut les exploiter. Hélas, il manque beaucoup de photos de maîtres dont on ne garde que le nom ou un fragment d’enregistrement ou une petite anecdote transmise de génération en génération», ajoute la même source.

Les organisateurs prévoient de rendre, au cours de cette manifestation, un hommage au grand maître Mokhtar Mfarrej. Originaire de Chefchaouen, cet artiste a pu développer sa carrière de luthiste aux côtés des grands musiciens tétouanais. Il a pris part à de grands événements musicaux aussi bien au niveau national qu’arabe. Le programme de ce premier forum comporte la signature du livre «Les nùbas andalouses transcrites, tome 9, nùba Al-Istihlàl» du Pr Younès Chami et celle du CD «Andalusian echoes» du la jeune artiste Abir El Abid.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *