Présentation du spectacle «Ga-Gá» à Casablanca

«Ga-Gá» est un spectacle convergent. Il est syncrétiste, étant donné qu´il harmonise de manière magistrale la danse, le théâtre et le cirque. Il se base sur un processus de suggestion émanant de la sensibilité de sa créatrice, Marta Carrasco, pour capter et séduire d´abord l´émotion et après l´intelligence du spectateur. Mais il exige, humblement, une intelligence hospitalière et en mouvement perpétuelle.
C´est du théâtre, en fin de compte. Mais il s´agit là d´un théâtre visuel, plein de mouvement, de musicalité, de rythmes et de messages qui n´ont pas besoin de langue pour atteindre le spectateur, pour l´intégrer dans une vision du monde ludique, pleine de fantaisie et de battements de cœur primaires. «Ga-Gá», n´a pas non plus un langage chorégraphique définit, sauf celui que Marta Carrasco lui donne, avec sa personnalité débordante et son sens du corps. Et là c´est l´âme de la danseuse flamenca qui danse comme un jouet cassé qui s´impose sur le reste. «Ga-Gá» est un voyage dans la mémoire des rythmes et des émotions, traversé et nourri par un humour frais, protégé et intensifié par la musique de René Aubry, Cavanauugh y Mendelson. Au niveau du discours, il n’y a pas de grandes nouveautés : nous continuons à trouver cette quantité de rébellion intérieure de tous ces personnages marginaux et surréalistes.
Le cabaret du Cirque, avec ses tours grandioses, arrive avec un nouveau point de vue, plus frais, avec de grandes lignes moins noires et moins denses, inspiré du modèle historique des cirques originaux itinérants où la femme barbue, les soeurs siamois, qui à une époque, occupaient une place importante.
Marguit, Marguet, Lou, Mirandolina et Nunó sont des personnages en chaire et en os, proches à nous tous, très proches de nos faiblesses et manques. Nunó, le conducteur du spectacle, le présentateur et l’enseignant de cette cérémonie scénique admirable, ne fait pas plus que rire, avec ses interpellations constantes au public, dans un geste tragi-comique, alourdi de souffrance mais parfois émouvant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *