Procès Milosevic : Une journaliste anglaise témoigne

Appelée à témoigner en tant que journaliste ayant couvert les événements pour la chaîne de télévision britannique BBC, Jackie Rowland a estimé mercredi, lors du procès de l’ancien président serbe Slobodan Milosevic, que le massacre de la prison de Dubrava, située dans le nord-ouest du Kosovo, en mai 1999, n’était pas uniquement dû aux bombardements de l’OTAN. « Je doute fort que toutes les victimes aient été tuées par les bombardements de l’OTAN », a-t-elle déclaré dans la salle d’audience du Tribunal pénal international.
La journaliste s’inscrivait ainsi en faux contre la thèse défendue par M. Milosevic, selon laquelle l’action de l’OTAN est responsable des dizaines de morts filmés par la BBC dans cette prison le 24 mai 1999. A une question de l’inculpé, qui lui demandait comment elle pouvait déterminer avec certitude la cause de ces morts, la journaliste, visiblement agacée, a répondu: « je peux voir que vous avez vos deux bras, je peux voir les expressions de votre visage, je peux voir que votre corps est intact. Si vous aviez été touché par une bombe, dieu vous en préserve, je pense que je serais capable de le dire en regardant votre corps ». Jackie Rowland a aussi décrit le travail qu’elle a accompli en ex-Yougoslavie et au Kosovo en particulier, durant le conflit alors que M. milosevic s’est appliqué à démonter son objectivité revendiquée.
L’acte d’accusation de Slobodan Milosevic évoque un chiffre « d’au moins 50 personnes » tuées dans la prison de Dubrava. Ce massacre de détenus albanais du Kosovo est attribué par le procureur aux forces armées serbes. Slobodan Milosevic doit répondre de crimes contre l’humanité et crimes de guerre pour son rôle dans les guerres de Croatie (1991-1995), Bosnie (1992-1995) et du Kosovo (1998-1999), et de génocide pour le conflit en Bosnie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *