Quand la céramique devient un art

Quand la céramique devient un art

C’est une mordue de la poterie et la céramique. D’origine italienne, elle est arrivée au Maroc à la ville de Rabat, il y a une quinzaine d’années. C’est une peintre-céramiste expressionniste, elle a réalisé depuis peu avec force, énergie et tendresse, des tableaux en terre sigillée (technique de décantation de l’argile qu’utilisaient les Grecs et les Romains). «La céramique est une véritable passion qui est un enrichissement continu. C’est une remise en question permanente, une découverte infinie, qui nécessite toujours une nouvelle idée à mettre en œuvre», confie Marylin Bottero. Et d’ajouter : «L’impatience de l’attente du four qui refroidit, l’idée stimulante est une expérience à essayer». Elle aime jouer avec les différentes techniques pour créer le mouvement, l’émotion. «Je suis fascinée par l’incroyable complexité et la nature imprévisible de la matière et les nombreuses possibilités qu’elle offre», précise-t-elle.
Un céramiste ne peut s’épanouir et faire passer ses émotions qu’après de longues années d’expérience, d’une patience infinie avant de maîtriser la terre, les émaux et les cuissons. Et ce contrairement à l’artiste- peintre qui, lui, cherche un résultat à obtenir en jetant ses couleurs sur une toile. «C’est seulement après une dizaine d’années d’un travail assidu et sans relâche que je peux commencer aujourd’hui à m’exprimer dans la céramique», avoue Mme Bottero.
Elle aime jouer avec les différentes techniques pour faire vibrer les couleurs. Dans ses œuvres, elle est toujours en quête d’harmonie entre le volume, la couleur et le graphisme et récemment l’écriture. Dans une plaque murale, elle essaye d’insuffler le mystère et la sensualité de la terre. Sa production est composée de pièces artistiques uniques en Raku cuivré, doré et Raku nu, terre sigillée, et de pièces utilitaires raffinées comme un service à café, les assiettes, d’objet design allant du photophore aux luminaires, miroirs et meubles avec incrustation de céramique. Malgré son temps chargé par le travail  et la créativité continue, cette jeune mère de deux enfants essaye toujours de consacrer suffisamment de temps pour sa petite famille.
Parallèlement à ses études littéraires en langues et civilisations italiennes, elle acquiert une solide formation dans de nombreux pays d’Europe auprès d’artistes céramistes de renommée. En tant que peintre céramiste expressionniste, sa passion est de provoquer une émotion à travers une forme, une couleur, une écriture : théière ronde, généreuse, bancale, revêtue d’une robe d’émail magnifié et inscrit dans le temps par le feu de la cuisson.
Cette femme rencontrée lors de la onzième édition de Créa-femmes s’est installée depuis une quinzaine d’années au Complexe II des potiers d’Oulja à Rabat, elle travaille sur commande des objets design personnalisés pour les architectes d’intérieur, les hôtels, restaurants et particuliers. 
Aujourd’hui encore, avide de découvrir de nouvelles techniques, elle continue d’enrichir ses connaissances en suivant de nombreux stages à l’étranger sur les arts du feu. Marylin est une artiste accomplie.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *