Quand la musique prend la parole : Ces festivals qui puisent leur essence dans notre patrimoine

Quand la musique prend la parole : Ces festivals qui puisent leur essence dans notre patrimoine

Jamais quelqu’un aurait ressenti la diversité culturelle dans laquelle baigne le Maroc comme le fera un passionné de musique en cette période de l’année. Avec la panoplie de festivals des plus variés et des plus authentiques qui sont programmés un peu partout dans le Royaume, le multiculturalisme ressort dans ces plus belles formes. De la culture berbère, à la juive, à l’andalouse où encore à celle gnaouie, ces festivals nous offrent un voyage profond aussi bien historique que spirituel. Il y a quelques jours de cela, les rideaux sont tombés sur le Festival des Musiques sacrées. Ce festival est une messe des spiritualités du monde entier. Lors de sa 18ème édition qui s’est tenue du 8 au 16 juin, ce festival a rendu hommage au poète spirituel et homme de science perse Omar Al Khayyam, il a également vu la participation du grand Wadii Essafi et du fervent du Oud, le Tunisien Lotfi Bouchnak qui ont clos le festival en beauté et n’ont pas manqué de charmer les spectateurs par leur grâce hors norme. Du spirituel à Fès au populaire à Marrakech. Créé en 1960 par feu Mohammed V, le Festival national des arts populaires (FNAP) est l’un des plus vieux festivals au Maroc et demeure sans contestation l’un des plus attrayants. Pour sa 47ème édition dont l’ouverture s’est faite il y a deux jours de cela, ce festival promet de l’ambiance, du déchaînement et de la jovialité frénétique. Le tout à l’image de sa ville hôte, Marrakech. Jusqu’au 24 juin, la capitale ocre rendra un fervent hommage à Hamid Zahir et vous promet du chant, de la danse et du spectacle.
Par ailleurs, le rendez-vous incontournable des jeunes et des passionnés de la culture gnaouie reste le Festival Gnawa qui a démarré la veille à Essaouira et qui se tiendra jusqu’au 24 juin. L’art gnaoui dans toute sa splendeur, de la fusion mais du jazz aussi seront présentés dans cette édition. Fidèle à sa tradition, le festival se clôturera par un spectacle de forte symbolique. La pure scène marocaine sera mise à l’honneur avec les Maâlem All Stars dont les prestations hors norme se feront au côté du spectacle du maâlem Mahmoud Guinia et du groupe Hoba Hoba Spirit. Quant à la scène d’Agadir, elle accueillera du 27 au 30 juin un festival dont l’essence est la pure culture amazighe. De la tolérance enrobée de musique et des chants, c’est ce que vous promet Agadir pendant le festival Timitar qui, cette année encore, offrira la qualité et la diversité pour le plus grand bonheur de tous.
En somme, cette période estivale de l’année reste sans contestation celle durant laquelle ressort au mieux la particularité d’un pays comme le Maroc. Il s’agit d’une sorte de mosaïque d’ethnies et de traditions qui confère au Royaume une richesse sans égal.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *