Quand la vie d’un «petit bout de femme» est chantée

Quand la vie d’un «petit bout de femme» est chantée

ALM : Dans «Piaf Toujours», il est traité de la venue de Piaf à Casablanca après la mort de Marcel Cerdan…
Joudia : Oui, car l’histoire de Piaf, au-delà de sa carrière d’artiste exceptionnelle, c’est aussi son amour pour Marcel Cerdan, boxeur de talent. D’origine algérienne, la famille Cerdan s’est installée à Casablanca en 1922, espérant trouver un meilleur avenir. Marcel Cerdan disparaîtra dans un crash d’avion à l’âge de 33 ans, alors qu’il rejoignait Edith, bien que marié et père de trois enfants. La visite d’Edith à sa veuve, à Casablanca, est un épisode touchant qui est incorporé dans la comédie… Après la mort de Marcel Cerdan, cette « plus qu’anecdote » fut souvent occultée dans presque toutes les biographies de Piaf, alors que c’est un moment très fort de sa vie.
 
Tu es issue d’une famille d’artistes n’est ce pas ?
Je suis née à Marrakech, je suis petite-fille du compositeur du Malhoun Qsida «Lalla Oum El-Ghit». J’essaie de suivre les pas de mon grand-père et de mon oncle, Abdeljalil Belkabir. A l’origine pourtant, je voulais devenir architecte d’intérieur mais l’envie de chanter s’est finalement imposée à moi!
 
Que penses-tu de l’arrivée des nouvelles radios dans le paysage audiovisuel marocain?
J’en suis fière ! La musique renaît au Maroc, j’ai besoin, j’ai envie de faire partie de cette énergie. Je suis issue d’une famille d’artistes, j’ai toujours été baignée par la créativité. J’ai passé deux années en France, puis, de retour au pays, j’ai reçu un merveilleux soutien des Marocains qui m’ont aidée et encouragé dans ma carrière de chanteuse, je leur en suis infiniment reconnaissante. Grâce à des radios comme Hit Radio, nous avons enfin la chance de nous exprimer et de faire connaître au public les talents et l’énergie de la nouvelle scène marocaine.
 
Avant d’entrer en scène… tu ressens quoi ?
J’ai le tract ! Mais le jeu en vaut la chandelle ! Piaf a fait partie de mon enfance et je suis fière de, quelque part, la représenter ici au Maroc via cette comédie musicale. Ce sont presque deux heures de spectacle où il y a beaucoup d’énergie échangée entre les chanteurs et le public, c’est une belle histoire.
 
Parles nous du contenu musical de «Piaf Toujours»
Parmi le florilège de chansons touchantes qui animent la comédie, on retrouvera les chansons amazighes qui sont la culture première du Royaume. Il s’agit de «Tizizwa» issue d’un poème amazigh et  aussi de «Ya Bint Bladi» qui à l’époque de la visite d’Edith  à Casa…  était un tube au Maroc !
La boucle est bouclée ! Les chansons interprétées par les différents artistes de la comédie «Piaf Toujours» sont de titres de Piaf en premier et des titres créés également lorsqu’elle fréquentait des artistes comme Marlène Dietrich,  qu’Edith admirait.

Qui est à l’origine de la comédie musicale ?
Elle a été créée à l’initiative de l’écrivaine française Maïa Vion, associée à Christy Caro, professeur de chant et créatrice de spectacles. A l’instar de Hit Radio, elles se veulent le tremplin de jeunes talents marocains en faisant participer des interprètes habitués à chanter du Rap et du R’n’B.
 
Début février, la troupe s’est déjà produite au théâtre Mohammed V de Rabat, à quand la suite ?
Les autres dates de la tournée, à travers les grandes villes du Royaume, seront très prochainement communiquées.
 
Allez Joudia, pour conclure, un petit mot sur Hit Radio…
La Radio 100% Hits tu veux dire?! J’adore, et qu’est-ce que c’est bien pour la jeunesse marocaine ! Continuez !.

• Propos recueillis par Indy  (Hit radio)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *