Quand les Marocains se passionnent pour l’animation artistique

Quand les Marocains se passionnent pour l’animation artistique

L’animation en trois dimensions, la stop-motion, ou les dessins animés ont la côte ces derniers temps. Un créneau très tendance, moderne et jeune. Pour résumer l’essor que connaît le secteur dans le Royaume, on cite les multiples publicités en 3D, réalisées par des firmes marocaines qui défilent tous les jours sur le petit écran. Parmi ses productions, on note aussi des séquences en 3D destinées à des séries télévisées comme c’est le cas dans «Al Kadia» de Nourredine Lakhmari, «Al boudou al akhar» de Mohamed Karrat, des films cinématographiques tels que «Les bandits» de Said Naciri, des clips vidéo (Hoba Hoba Spirit et Najat Atabou). Egalement une commande de dessins animés a été faite par la chaîne «Aljazeera Children» à une société de production marocaine. Cependant, le Maroc ne peut pas encore se vanter d’être à la pointe de ce qui se fait dans le marché mondial, cela même s’il connaît une grande évolution. Souvent artistes autodidactes ou alors formés à l’étranger, les «3Déistes» nationaux débordent d’imagination. Et ça se ressent dans leurs vidéos publiées sur des sites Internet ouverts au public. Dans ce sens, rares sont les jeunes Marocains qui ne connaissent pas la série de courts métrages «Rass Eddarb». Des animations qui parlent aux jeunes. Des parodies de leur langage de quartier. Mais surtout un clin d’œil à des phénomènes sociaux. Derrière ces créations, un jeune artiste du nom de Rachid Jadir. Titulaire d’un Bac option Arts plastiques dans un lycée casablancais, Rachid Jadir s’est inscrit dans une école de modélisation graphique. Après nombreux stages dans différents organismes, le talent de ce jeune créateur s’est affiné dans le graphisme en 3D avant d’intégrer une grande agence de production. Un parcours qui a été couronné par le grand succès de ses petits clips réalisés en dehors de ses heures de travail. Aussi, Rachid Jadir travaille actuellement à la concrétisation de son grand rêve qui est la réalisation de son premier long-métrage «Rass Eddarb». Et question rêve, Chouaib Chirour et son ancien camarade de classe à l’Ecole supérieure des beaux-arts de Casablanca, Amine Bakoury, ont déjà réalisé une partie du leur.
Pour leur projet de fin d’étude, ils ont vu grand. «Nous avions envie de créer la différence et comme nous avions suivi une petite formation sur l’animation en stop-motion dans le cadre d’un atelier, on a décidé de mettre ce qu’on a appris en pratique», déclare Chouaib Chirour. En grands passionnés, les deux camarades ont contacté le groupe de musique Hoba Hoba Spirit qui a tout de suite accepté leur proposition. «Nous leur avons proposé de leur réaliser un clip pour une de leurs chansons en stop-motion», explique Chouaib. En stop motion? «Au fait la stop-motion, c’est une animation d’image par image. Une technique d’animation permettant de créer un mouvement à partir d’objets immobiles. Le concept est proche de celui du dessin animé, sauf qu’au lieu de dessiner nous créons nos personnages en pâte à modeler et entre chaque image, les objets de la scène et les personnages sont légèrement déplacés. Lorsque le film est projeté à une vitesse normale, la scène semble animée», précise Chouaib. Beaucoup de passion et de patience ont été l’arme secrète de ces deux artistes.
Aujourd’hui graphiste dans une grande maison de production marocaine, Chouaib Chirour a aussi réalisé une publicité en stop-motion pour la boîte qui l’emploie. «J’ai actuellement développé un petit projet avec des amis et j’espère que ça aura le succès escompté. En attendant, je préfère garder la chose secrète, mais ça ne tardera pas à faire les Unes de tous les journaux», affirme Chouaib Chirour avant de reprendre : «Non, je plaisante. Si ce projet arrive à voir le jour et nous procure assez de plaisir à le réaliser, ce sera déjà pour nous un grand succès». Attitude d’un grand passionné désintéressé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *