Quand les tendances picturales convergent

Quand les tendances picturales convergent

«Convergence» est le nom de l’intitulé  montée la Villa des arts de Casablanca jusqu’au 12 avril. Elle présente les œuvres de douze jeune artistes-peintres qui exposent en tout une soixantaine d’œuvres. «Convergence» est le nom de l’exposition qui qualifie le mieux les styles qui opposent ces différents talents. «Convergence» donc, du regard, du geste et des émotions»,  a souligné le critique d’art Hamid Bouhioui. Ces œuvres dévoilent différentes tendances picturales : abstraction, figuration, collage et céramiques. Initiée par la fondation ONA, dont le but est d’encourager ces jeunes talents, cette exposition aspire à présenter au grand public le travail de cette génération émergente d’artistes qui ont en commun la jeunesse, le dynamisme et beaucoup de talent. Et ils se nomment Noureddine Alioua, Raja Atlassi, Nabil Bahya, Tawfiq Chichani, Ahmed El Hayani, Younes Khourassani, Mehdi Mofid El, Abdelaziz Nadi, Khalid Nadif, Said Raji, Aziz Sahaba et Fatiha Zemmouri. «Cette exposition réunit douze artistes, vivant à Casablanca, mais ne relevant ni d’une école, ni d’un courant ou un style qui leur serait commun. Chacun d’entre eux incarne une démarche créative qui lui est propre», peut-on lire dans une note de présentation de l’exposition. À travers «Convergence», les artistes participants ont voulu souligner le caractère multimodal de la rencontre. Les moyens sont divers mais les aspirations similaires. «Nous voulons à travers cette exposition marquer notre empreinte dans la scène et que ces travaux s’inscrivent dans une continuation des grands artistes marocains qui nous ont précèdés», a souligné l’artiste Tawfiq Chichani. Cet artiste a choisi de présenter dans son espace des œuvres présentant des formes et des couleurs. Dans un autre espace, l’artiste Khalid Nadif a choisi comme thème à ses œuvres, «La femme». Selon lui, la femme cache derrière elle des secrets et des émotions et elle apparaît à chaque fois dans un nouveau visage.
Aziz Sahaba, ce diplômé de l’Ecole des beaux-arts de Tétouan a consacré son espace à des toiles évoquant le corps humain nu. Ce corps bouge et parle sans arrêt. Au milieu de ces toiles, l’on distingue des écritures et des poèmes exprimés par ce jeune artiste. Ainsi tous les artistes participant à cette exposition donnent à voir à travers la diversité de leurs approches  et de leurs styles un aperçu de l’énergie créatrice dont dispose la jeunesse marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *