Quand Omar Mahfoudi propose un regard intime sur sa ville Tanger

Quand Omar Mahfoudi propose un regard intime sur sa ville Tanger

Il dévoile «Tanjawi, violence et sensualités des hommes au Maroc» à l’espace d’art point éphémère en France

Omar Mahfoudi fait partie des artistes marocains contemporains qui expriment leur désarroi et leur mal-être dans la société.

Il est l’un des artistes contemporains les plus en vogue de la scène tangéroise. Ses sources d’inspiration sont multiples et en évolution permanente. Il s’agit d’Omar Mahfoudi. Cet artiste pluridisciplinaire est invité à présenter sa nouvelle exposition «Tanjawi, violence et sensualités des hommes au Maroc», à l’espace d’art point éphémère en France et ce du 6 au 24 juin. Selon les organisateurs, l’artiste «proposera un regard cru, humaniste et contemplatif de sa ville natale avec un projet multi-médias inédit. Cette exposition a été conçue par lui-même sur une idée de Gwenaëlle Kerboul, curatrice indépendante». En effet, l’exposition est composée d’une vidéo, d’une dizaine de dessins en techniques mixtes et de photographies en grand format. A travers ses œuvres l’artiste porte son regard sur sa ville natale Tanger.

Il raconte ses jeunes, ses quartiers et ses médinas. «L’exposition propose un regard intime sur Tanger en deux parties. Il s’agit de rapporter ma réalité. D’une part sur la jeunesse du quartier Benider dans la médina. Ce quartier connu dans les années 40 pour ses bordels espagnols, ses vieux cinémas disparus et la légation américaine. Actuellement, c’est un spot pour les dealers, et les vieilles pensions squattées par les Subsahariens. Ce n’est pas un endroit touristique. Comme habitant de la medina, j’avais accès à ces populations, notamment lors d’une fête de l’Aïd El Kébir il y a 4 ans», explique-t-il. L’artiste a photographié des scènes improviseés dans la rue (du mouton) avec de nombreux adolescents. «Certains ont des scarifications faites au couteau sur les bras. Mes deux amis se sont révélés être des youtubeurs qui montrent leur vie quotidienne et leurs difficultés : la drogue, le terrorisme, la violence et la pauvreté et surtout la marginalisation avec beaucoup d’innocence.

Ce qui les rend uniques et attendrissants. Montrer ces jeunes c’est montrer un autre Maroc, la jeunesse qui reste pleine d’espoir et d’innocence. C’est la violence et la sensualité. C’est un nouvel humanisme». Il faut dire que Omar Mahfoudi fait partie des artistes marocains contemporains qui expriment leur désarroi et leur mal-être dans la société. Pour lui l’art est son auto-thérapie, celle par laquelle il cherche interminablement l’inconnu de sa nature. Ce Tangérois s’est trouvé très tôt une passion pour les arts plastiques qu’il met en pratique depuis plusieurs années au travers d’expositions en Europe et ailleurs. Du film d’animation picturale, en passant par la vidéo expérimentale, l’œuvre d’Omar Mahfoudi témoigne de son choix.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *