Réalisation : Un premier long-métrage en amazigh pour Abd-Samad Charaf

Réalisation : Un premier long-métrage en amazigh pour Abd-Samad Charaf

Se passionner pour la musique pour se retrouver réalisateur de vidéoclips et de films. C’est ce qui s’est passé avec le jeune Abd-Samad Charaf qui vient d’achever le tournage, dans la région de Tansimt à Taroudant, de son premier long-métrage en langue amazighe portant l’appellation «Ifri nta gay warin». Bien qu’il ne parle pas berbère, Abd-Samad Charaf a réussi à réaliser ce film dont le scénario a été conçu par Hassan Ait Yahia. Comment ? «Heureusement que les artistes participant au film parlent l’arabe !», exalte-t-il. Ainsi, le rôle principal du film, qui sera traduit en arabe, a été interprété par l’actrice Fatima Soussi.
La sortie de «Ifri nta gay warin», dont le montage sera réalisé avec effets spéciaux en Ramadan, coïncidera, selon le réalisateur, avec l’Aïd El Kébir. Quant à la production, elle sera assurée par Öyun Audiovisuel, appartenant au réalisateur et Vala vidéo, une société de production à Taroudant.  Quant à l’idée de réaliser un film, elle remonte à une rencontre dont Abd-Samad Charaf raconte les faits : «Quand j’étais au festival du court-métrage de Taroudant, un ami m’a proposé de travailler avec un scénariste de Vala vidéo. Alors je me suis dit pourquoi ne pas me lancer dans la réalisation bien que le film soit amazigh». Pour préparer «Ifri nta gay warin», le réalisateur reconnaît l’utilité de son expérience en matière de vidéoclips. «J’ai appris beaucoup de choses en réalisant des clips», confie-t-il à ALM. Sans doute, cet apprentissage lui a permis d’avoir un esprit de créativité que ce soit dans les vidéoclips ou son premier long-métrage. Aussi celui-ci a constitué une opportunité pour ce réalisateur afin de faire plusieurs découvertes. Chose qui lui a donné envie de se lancer dans la réalisation de films. «Il se peut que je continue à réaliser des films y compris ceux en langue amazighe», avance-t-il.  Quant à la passion pour la réalisation de vidéoclips, elle a germé, selon Abd-Samad Charaf, par un amour pour la musique et la chanson. D’ailleurs, il a fait avec Halima Alaoui un duo intitulé «Ya Zin Ettalla». En outre, Abd-Samad Charaf a réalisé des vidéoclips, qui ont raflé des succès, pour plusieurs artistes comme Mohamed Reda, Hatim Ammor, Laila Gouchi, Nouaman Lahlou et Zakaria El Ghafouli. De même, il a réalisé des vidéoclips cette année pour les lauréats de Studio 2M de 2011 comme c’est le cas de Marouane El Bidaoui et Meryem Chajri. «Ces œuvres m’incitent à allier entre la réalisation de vidéoclips, qui est ma passion, et de films pour promouvoir la position du pays dans ce sens», conclut-il.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *