Regard sur l’Afrique et la Méditerranée

Regard sur l’Afrique  et la Méditerranée

Les problématiques de la mémoire commune et ce qu’elle recèle comme dysfonctionnements politiques, économiques et humains sont au cœur de la 4ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune, prévue du 4 au 9 mai 2015 à Nador. Organisée par le Centre de mémoire commune pour la démocratie et la paix (CMCDP), cette édition sera placée sous le thème «Afrique-Méditerranée : mémoire des horizons partagés».

«Cette thématique entend jeter plus de lumière sur la mémoire commune de l’Afrique et de la Méditerranée et sur les perspectives d’avenir à travers leurs relations politiques, économiques et culturelles qui n’ont jamais cessé d’exister», c’est ce qu’a précisé Abdeslam Seddiki, ministre de l’emploi et des affaires sociales et président du festival, lors de la conférence de presse tenue vendredi à Rabat, en présence de plusieurs personnalités du monde de l’art, de la culture et des droits de l’Homme. Lors de la présentation du programme de cette manifestation, les organisateurs ont souligné que «la Tunisie sera l’invitée d’honneur de cette édition en raison de sa forte adhésion au processus démocratique qui peut être considéré, à juste titre, comme un grand événement politique». De ce fait, le festival propose aux cinéphiles un panel d’œuvres cinématographiques méditerranéennes et africaines.

Dans ce cadre, seront projetées plusieurs catégories de films longs métrages de fiction et des documentaires réalisés en 2013-2014 par des réalisateurs marocains, africains et méditerranéens, à l’instar d’Amor Hakkar, Philippe Lacôte, Judy Kibinge, Stephan Jager, Walid Fellah, Philippe Couture et Hajooj Kuka. Le grand public aura le plaisir de découvrir d’autres activités, à savoir des tables rondes qui permettront au public de suivre de près le débat en cours sur les différentes dynamiques africaines et méditerranéennes, des ateliers d’initiation à la réalisation et à l’écriture scénaristique coordonnés par des spécialistes en la matière, des formations dédiées aux «métiers et pratiques des médias», une soirée poétique et des actions caritatives.

Des hommages sont également au menu de cette manifestation cinématographique. Ils seront rendus au journaliste et comédien Ali Hassan, à la chanteuse amazighophone Mimount Selouane, et au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou. Ceci étant, les organisateurs ont insisté sur la détermination de continuer à assurer les prochaines éditions à Nador et de travailler selon les thématiques qui ont fondé ce projet cinématographique et qui reviennent à œuvrer pour la paix et la démocratie par le biais du dialogue et du rapprochement entre les peuples.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *