Regard sur le mode de vie des bédouins au coeur du Sahara

Regard sur le mode de vie des bédouins au coeur du Sahara

La région du Sahara qui s’étend sur une partie importante du Royaume est connue pour son désert et sa pluviométrie limitée. La vie y est dure, mais elle continue  d’accueillir la population autochtone, les bédouins qui se sont habitués à la rigidité de la vie au désert.
Cette population qui pratique le nomadisme, se caractérise par ses us et coutumes ancestrales qui concernent les différentes étapes de vie des Sahraouis, de la naissance jusqu’à la vieillesse en passant par les fêtes et cérémonies religieuses ainsi que les rites du mois sacré du ramadan. Et ils se distinguent par leur hospitalité et leur sens de la famille et de la solidarité.
Avec une logistique simple, et souvent fabriquée par eux- mêmes, les bédouins mènent une vie simple. La tente ou Al Khayma est considérée comme la première unité sociale au sein de la société sahraouie. Elle ne constitue pas seulement une unité spatiale qui sert à se loger mais se réfère aussi à l’ensemble des relations liant les membres d’une même famille. La tente en ce sens représente l’ensemble des relations concrètes au sein de la famille, une appellation empruntée à l’habitation traditionnellement construite par l’homme sahraoui avec du duvet de dromadaire et de la laine de brebis.
Pour se nourrir, les bédouins comptent toujours sur la consommation de viande et de lait. Lorsque ce dernier  est disponible en abondance durant les époques grasses, les Sahraouis le boivent à tous les repas et en toute circonstance. Leur repas préféré  est le couscous «Lâsida», qui est une pâte épaisse constituée de farine et de beurre.
La cuisine bédouine est appelée «Nwalla», qui se compose des articles appelés «Al marjen», en plus d’autres ustensiles utilisés pour la préparation du thé appelés «Amaîyn atay».
Les bédouins mènent une vie simple et agréable dans un climat difficile, se lèvent très tôt, et passent leur temps à la quête du pâturage pour leurs troupeaux, composés essentiellement des dromadaires dans une terre séchée et craquelée.
«Pour nous, le Sahara est un endroit magique, prestigieux, évocateurs de mystère, que l’imagination nimbe de beauté sublimes et enchanteresses», explique à ALM  Salem Ouled Biouh, qui opte toujours pour un mode de vie nomade.
Les  femmes sahraouies passent leur temps à tisser la laine et à réciter des poèmes. Certaines femmes préfèrent passer leur temps libre entre amies en buvant du thé ou du lait et en abordant les sujets de la vie quotidienne. Les réunions sociales auxquelles participent les femmes peuvent rentrer dans le cadre de «Wankala». C’est une coutume selon laquelle les femmes se réunissent chez leurs amies à tour de rôle, il  arrive aussi qu’elles dansent la fameuse danse «Gadra».
La nuit reste le moment le plus propice pour raconter les histoires aux enfants avant de dormir et aux grands pendant
les assemblées tardives. Le conteur déploie toute sa
dextérité et son éloquence pour raconter ses histoires afin de faire passer au mieux ses messages et sa moralité. Il arrive que le maître mot du conte s’inspire de son environnement animalier pour choisir ses héros (serpent, loup, gazelle…). Il arrive aussi que les héros soient complètement imaginaires inspirés de la vie dans le désert comme «Nir-Boukra» et «Chartate».
Ces bédouins accordent une importance particulière à la nuit. Il arrive souvent que les sahraouis passent la nuit sous la lumière argentée de la lune. Ils s’étendent alors comme s’ils étaient sur des buissons recouverts de fleurs ou sur les dunes de sable élevées. Leur sommeil survient après une ou plusieurs assemblées au cours desquelles ils chantent, se distraient et discutent de la littérature et des choses religieuses.
Au cours de ces réunions solennelles, les hommes et les femmes s’habillent traditionnellement, pour les hommes (Deraâ) et les femmes sahraouies (Malhfa),ils  sont mélangés et tout le monde est appelé à participer aux débats et aux récitations de poèmes et de narrations.
Pour se distraire, la vie des bédouins est marquée par une  pléthore de jeux populaires.Parmi ces jeux, il y a ceux des hommes, jeunes et moins jeunes, ceux des jeunes filles et ceux des dames. Parmi les jeux pratiqués par les jeunes, on pourrait citer Hib, Arah et Dili .Cependant, il existe des jeux où les deux sexes participent à différentes tranches d’âge.
Dans cette société, servir le thé constitue un rituel spécial dont la préparation peut intervenir à tout moment de la journée. Bien que le thé ne soit pas un but en soi, aucune assemblée ne peut être tenue ni aucune soirée de distraction sans le thé et le cérémonial qui accompagne sa préparation. En effet, les dernières nouvelles sont échangées et les affaires de la vie courante sont discutées autour d’un plateau de thé. 
Par le passé, certains de ces bédouins vivaient dans le désert, d’autres habitent les oasis et ne nomadisent qu’à certaines périodes de l’année.
Ces personnes ont acquit une connaissance qui leur permet de connaître leurs parcours à travers le désert, en observant les étoiles, où pour trouver de l’eau.
 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *