Rétrospective – Culture : Les œuvres cinématographiques de l’année 2018

Rétrospective – Culture : Les œuvres cinématographiques de l’année 2018

Plusieurs œuvres cinématographiques ont indéniablement marqué 2018. ALM vous propose de revenir sur les films qui ont su s’imposer  cette année.

«Volubilis»

«Volubilis» de Faouzi Bensaidi est décidément un des films les plus marquants de l’année. Sortie le 3 octobre dans les salles marocaines, cette œuvre est multi-primée dans plusieurs festivals dont le Festival national du film de Tanger 2018, le Festival El Gouna en Egypte, les Journées cinématographiques de Carthage 2017 et sélectionnée au Venice Days Film Festival. Il raconte l’histoire d’Abdelkader et Malika. Les deux époux habitent avec la famille du mari, entourés par le père alcoolique du jeune vigile, sa mère et ses très nombreux frères et sœurs. Un jeune couple dont la relation est mise en péril lorsque Abdelkader a une altercation avec une bourgeoise de la ville sur son lieu de travail et se retrouve torturé par la police. C’est alors un terrible déclassement social et le basculement vers une extrême pauvreté pour Abdelkader qui emporte avec lui sa jeune et très belle épouse dans sa descente aux enfers.

«Sofia»

Depuis sa sortie en juin 2018, le film Sofia de la réalisatrice marocaine Meryem Ben M’Barek continue de rafler des prix aux quatre coins du globe. Nominé plus de huit fois, ce film a reçu entre autres le prix de la critique africaine en Tunisie, le prix du scénario dans la catégorie «Un certain regard» lors de la 71ème édition du Festival de Cannes, le prix spécial du jury lors du Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles, mention spéciale aux Journées de Carthage  et autres. Il raconte en effet l’histoire de Sofia, 20 ans. Celle-ci vit avec ses parents à Casablanca. Suite à un déni de grossesse, elle se retrouve dans l’illégalité en accouchant d’un bébé hors mariage. L’hôpital lui laisse 24h pour fournir les papiers du père de l’enfant avant d’alerter les autorités…

«Razzia»

Sorti en mars 2018, le dernier film «Razzia» de Nabil Ayouch, est un film vibrant. Un long-métrage qui nous situe dans le Maroc d’hier et le Casablanca d’aujourd’hui et qui nous emmène à la rencontre de ces femmes et hommes qui luttent au quotidien pour défendre leur liberté. Il met en scène les destins croisés à Casablanca de cinq personnages en quête de liberté, alors qu’une révolte monte : une vieille femme venue à la ville avec son fils pour rechercher l’homme qu’elle aime, une femme libre qui refuse de se soumettre aux volontés de son mari, une adolescente des beaux quartiers qui apprend à se connaître, un restaurateur juif et un jeune homme de la Medina fan de Freddie Mercury.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *