«Révélations» : quand les jeunes lauréats se dévoilent

«Révélations» : quand les jeunes lauréats se dévoilent

«Révélations» est le nom de l’exposition collective qui rassemble six lauréats de l’École des beaux-arts de Casablanca. Elle est le fruit de plusieurs expériences plastiques de ces jeunes artistes-peintres qui révèlent leurs créations jusqu’a 24 février à la galerie Sidi Belyout de Casablanca. Il s’agit d’Amel Madiou , Hassan Mounazil, Khalid Bayi, Moubarak Ammane, Smail Zaroil et Najat Moufid. Les six exposants travaillent sur les couleurs, les formes, la matière, la texture, la poétique, le rythme, les traces pictographiques. Ils nous invitent à contempler la beauté artistique aux rythmes des palpitations particulières de leurs cœurs et de leurs états d’être. «Après avoir réalisé avec brio des œuvres de leurs débuts qui n’étaient que des tâtonnements pour trouver leur propre voie, ces lauréats commencent à s’exprimer et à correspondre avec les différentes tendances novatrices de leur temps, ce qui permet d’affirmer qu’ils deviennent alors des acteurs créatifs dont la création appartient résolument au 21ème siècle », a souligné Abdellah Cheikh, critique d’art. La jeune artiste Amel Madiou travaille sur la lumière qui représente selon elle une idéalité. Ses œuvres dévoilent la représentation de certaines idées. Elle représente la femme dans un état de joie et de gaieté, un monde heureux où la nature est dominante. «C’est une bonne occasion pour moi de rencontrer mes amis lauréats des beaux-arts, et de rencontrer d’autres artistes de la scène artistique», a confié à ALM Amel Madiou. Un autre monde est retracé par la lauréate Najat Moufid , il s’agit du langage silencieux du rythme. Sa peinture est animée par une suite d’improvisations et d’échos, ce qui assure la continuité de ses œuvres et accentue leur musicalité interne et leur poésie silencieuse. «Mon acte pictural ressemble à l’acte scriptural. Il dégage tout un rythme polyphonique qui repose sur la vie dynamique des formes et des couleurs. Il s’agit d’un langage visuel qui se présente comme une composition musicale spirituelle. J’essaye une âme et une œuvre connotatives qui révèlent ma nature intérieure et qui enchantent mes états d’être avec abondance et passion. Chaque tableau me semble être un état d’âme et un aboutissement de mes recherches plastiques perpétuelles», ajoute cette artiste-peintre. Moubarak Ammane, quant à lui, travaille sur le mémoire humaine à travers les murs. «J’essaye de créer un langage entre les murs construits par l’être humain et le mur de la nature», a indiqué Moubarak Ammane. Ces jeunes artistes incorporent beaucoup de leurs âmes par la vie des traces et la répartition des tâches multicolores.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *