Sculpture : L’œuvre d’Ousmane Sow présentée au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain

Sculpture : L’œuvre d’Ousmane Sow présentée au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain

Depuis le mois d’août dernier, l’intégration de la sculpture d’Ousmane Sow dans les collections du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain est un symbole de l’africanité revendiquée du Maroc et de son ancrage continental.

L’Afrique recèle des trésors inestimables. En témoignent le rayonnement de ses artistes de par le monde et le lien solide entre les différentes africanités du continent. Ainsi, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat a accueilli le 29 octobre 2018 une rencontre dédiée à la présentation de l’œuvre du sculpteur sénégalais, sous le thème «Un Masaï d’Ousmane Sow à Rabat, une africanité universelle». Organisée par la Fondation nationale des musées en partenariat avec l’Académie du Royaume du Maroc (ARM), cette manifestation artistique a connu la participation d’Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’ARM, qui fut le premier à présenter les sculptures d’Ousmane Sow au Maroc. Elle a également été marquée par la présence de Lilian Thuram, ancien footballeur, champion du monde 1998 avec l’équipe de France et président de la fondation «Lilian Thuram-Education contre le racisme et pour l’égalité», de Béatrice Soulé, productrice de documentaires et des expositions d’Ousmane Sow et compagne de l’artiste, ainsi que de Ndeye Sow, fille de l’artiste. Au cours de cette rencontre, la question du renforcement de l’accès des jeunes à la culture par les sports a été abordée.

Une projection d’un film sur Ousmane Sow réalisé par Béatrice Soulé était également au programme. «Il s’agit d’un travail cinématographique qui rend compte d’une histoire d’amour, entre un homme et sa sculpture, entre un homme et une femme, entre un homme et une humanité». Béatrice Soulé y «met en lumière les quatre séries de sculptures d’Ousmane Sow : les Masaï, les Nouba, les Zoulou et les Peulh», indiquent les organisateurs précisant que depuis le mois d’août dernier, l’intégration de la sculpture d’Ousmane Sow dans les collections du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain est un symbole de l’africanité revendiquée du Maroc et de son ancrage continental. Ousmane Sow est connu pour ses sculptures plus grandes que nature représentant quatre ethnies africaines (Nouba, Zoulou, Masaï et Peulh), la Bataille de Little Big Horn et une série, intitulée Merci, en hommage aux grands hommes qui marquèrent sa vie.

En 1995, il expose au Palazzo Grassi, à l’occasion du centenaire de la Biennale de Venise et présente en 1999, à Paris sur le Pont des Arts, une rétrospective qui attira plus de trois millions de visiteurs. Depuis, son œuvre a été exposée dans une vingtaine de lieux, dont le Whitney Museum à New York.

Il quitta ce monde en 2016, quelques mois avant la grande exposition «L’Afrique en Capitale» organisée au Musée Mohammed VI et à laquelle il devait participer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *