Séjour avec les nomades du Sahara

Séjour avec les nomades du Sahara

Même si la majorité de la population du Sahara s’est sédentarisée, une grande partie préfère opter pour le mode de vie hérité des ancêtres. D’ailleurs, il n’est pas rare non plus que des citadins du Sahara fassent un court trajet en voiture pour passer la nuit sous une tente chez les familles nomades. Certes, le Sahara représente depuis toujours un défi permanent pour l’homme vu les difficultés de vie qui le marquent. La plus apparente d’entre elles est probablement le climat. Dans les provinces du sud du Royaume, les ruraux de la région s’appellent les bédouins. Chacun d’eux se sert de moyens lui permettant de s’adapter et surmonter les difficultés de la vie dans le Sahara. Pourtant, les nomades mènent une vie différente. Ainsi et malgré les rigueurs du climat, l’élevage demeure la principale activité de ces nomades. Ce sont essentiellement des éleveurs de dromadaires dont la quête de pâturages est la principale préoccupation. Cet animal est toujours l’allié indispensable des nomades qui sillonnent le Sahara, et qui se sont habitués à la rigidité de la vie au désert. ALM s’est déplacé auprès d’une de ces familles en perpétuel déplacement au Sahara pour s’arrêter sur ce mode de vie qui a son propre charme. Mobiles tout le temps, ces gens vivent sous une tente (Khayma) que l’homme fabrique à partir de peaux de dromadaire et de crinières de caprins. Après avoir installé l’entrée, la tente est composée de deux espaces. Le premier espace est destiné aux hommes alors que le second est réservé aux femmes. La tradition veut que l’entrée de la tente soit érigée du côté sud en direction de La Mecque (Al Qibla). La Khayma demeure, par excellence, l’abri traditionnel entre terre et ciel pour ces nomades. Cette tente est dotée de peu de meubles. Des nattes par terre, quelques coussins et ustensiles de cuisine. Pour ce qui est de l’habit, les hommes portent le Deraâ (une tunique large et ample). Il s’agit d’un grand drap avec un trou pour la tête. Tandis que les femmes portent Al Malafa (vêtement féminin), elles couvrent ainsi leurs cheveux et drapent leur corps. «En ce qui concerne les bijoux, la femme est habituée à décorer différentes parties de son corps avec des pièces en argent et des pierres précieuses. Ses chevilles sont mises en valeur par des socquettes alors que le cou est décoré avec Al baghdady, un petit livre fabriqué en argent pur incrusté de pierres précieuses appelées Al bazradah. La femme porte également Assar (un type de collier) fabriqué en pierres précieuses et Al qiladah (colliers normaux) souvent incrustés de gemmes», explique à ALM Lala Bayrouk, une jeune nomade. Un nomade ne peut mener une vie normale sans la célèbre boisson qui est le thé. Le servir constitue un rituel spécial dont la préparation peut intervenir à tout moment de la journée. Ainsi, aucune assemblée des nomades ne peut être tenue ni aucune soirée de distraction sans le thé et le cérémonial qui accompagne sa préparation. En effet, les dernières nouvelles sont échangées et les affaires de la vie courante sont discutées autour d’un plateau de thé. Pour se distraire, les nomades recourent aux jeux populaires. Parmi ces jeux, il y a ceux des hommes, jeunes et moins jeunes, ceux des jeunes filles et ceux des dames. Parmi les jeux pratiqués par les jeunes, on pourrait citer Hib, Arah et Dili. La femme nomade, quant à elle, passe la majorité de son temps à s’occuper des tâches ménagères. Les femmes nomades participent aussi à des rencontres sociales au cours desquelles elles récitent les poèmes et dansent la fameuse danse Guedra. Par ailleurs, il arrive souvent que les nomades passent la nuit sous la lumière argentée de la lune. Ils le font après une ou plusieurs assemblées au cours desquelles ils chantent, se distraient et discutent de la littérature et de la religion. Hommes et femmes sont appelés à participer aux débats et aux récitations de poèmes. Pour ce qui est de l’art culinaire, les nomades consomment de la viande et du lait. Ces gens ont un grand engouement pour Al aych (une pâte épaisse constituée de farine et de beurre pur) accompagnée de dattes importées. Ces gens boivent du lait à chaque repas et en toute circonstance. En outre, depuis fort longtemps, le dromadaire a occupé une place particulière dans la vie des nomades. Il constitue une principale source de gain et un moyen de transport. Les dromadaires sont des animaux résistants qui s’adaptent sans difficulté à la vie dans le désert. Ils sont très intelligents, calmes et efficaces quelles que soient les conditions climatiques. Et pour ne pas se perdre dans le Sahara, les nomades recourent aux étoiles qu’ils utilisent comme boussole pour retrouver leur chemin. De même, la plante Acacia, connue dans la région, est toujours dirigée par les vents vers l’Est, ce qui constitue un bon repère pour ces nomades. Aujourd’hui, ces gens veillent à la scolarisation de leurs enfants qui sont envoyés auprès de leurs proches citadins qui s’occupent d’eux. Une fois scolarisés, ces enfants suivront-ils les pas de leurs ancêtres connues pour leur hospitalité légendaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *