Selma Zemmama, l’abstraction du style

Selma Zemmama, l’abstraction du style

«Je suis attirée par les couleurs vives qui inspirent la joie de vivre ». C’est ainsi que Selma Zemmama défend son style pictural. Cette jeune femme, âgée de 25 ans, a exposé ses toiles à l’hôtel Riad Salam le mercredi dernier à Casablanca. C’est la première fois que Selma Zemmama expose en public ses œuvres abstraites, même si elle avait peur de la réaction du spectateur. Ce serait pour cette même raison que les tableaux ont été exposés en une seule soirée. « Je ne savais pas quel allait être l’attitude du public, surtout que mon entourage a l’habitude de voir un travail totalement différent : la peinture orientaliste ».
L’artiste en herbe s’est lancée depuis près de quatre ans dans la carrière picturale; en fait c’est à ce moment qu’elle a commencé à prendre de l’assurance. «Je me suis initiée à la peinture à l’âge de 12 ans, mon apprentissage a eu lieu des mains d’une Française qu’on nomme Mme Stock », confie-t-elle.
C’est à cet âge précoce de sa vie que Selma a appris les diférentes techniques picturales, elle a également été influencée par sa mère aujourd’hui décédée. « Ma défunte mère peignait. Ses tableaux étaient inspirées de certaines œuvres du célèbre peintre français Henri Matisse », déclare-t-elle. La même influence se ressent à travers la peinture de Selma Zemmama.
La même vivacité ressort des toiles travaillées pour la plupart selon la technique de l’acrylique sur toiles et à l’huile au couteau.
Au départ, la peinture représentait pour Selma une sorte de hobby. Comme on ferait de la danse ou du sport, Selma dessinait, peignait. Aujourd’hui, cette amatrice de l’art déclare vouloir faire une longue carrière picturale, même si sa profession s’éloigne du domaine artistique.  «J’aime ce que je fais et j’aimerais poursuivre ce chemin ». Mais une question se pose. Pourquoi Selma Zemmama n’est-elle pas en contact avec l’association marocaine des arts plastiques? « J’ai essayé au départ de m’impliquer et de réaliser une exposition collective avec un artiste pionnier dont je ne citerais pas le nom, mais celui-là m’a déclaré comme quoi c’était compliqué pour adhérer à l’association», explique Selma Zemmama. Celle-ci d’ajouter : «J’ai donc décidé de poursuivre mon chemin à ma manière, le temps de me faire connaître et par la suite je pourrais exposer dans des galeries d’art spécialisées ». Ainsi est la vision de Selma Zemmama qui vient de faire ses premiers pas dans l’univers pictural au Maroc. Loin des feux de la rampe, elle se fraye un chemin et choisit la voix de la peinture abstraite même si elle déclare que ça peut représenter un risque.
Elle ajoute quand même : «Je me retrouve beaucoup plus dans ce style de peinture abstraite ». Le temps en dira peut-être davantage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *