Seu Jorge, Cru

Seu Jorge, Cru

Originaire des favellas brésiliennes, Seu Jorge se pose d’emblée comme l’héritier du grand Jorge Ben, voire de Tim Maia. L’ancien chanteur du groupe Fafora Carioca qui pratiquait une samba pop adulée par les jeunesses de Rio, Seu désormais solo après un passage au cinéma (c’est lui qui jouait le rôle de Manu le Tombeur dans le film culte  » La Cité de Dieu « ), trempe son art dans la soul et la branchitude absolue – comme en témoigne cette reprise un brin trop opportuniste du  » Chatterton  » de Gainsbourg, et une autre, plus amusante du  » Don’t  » popularisé en son temps par Elvis – puisque même la Favela Chic (ce nom qui habituellement n’amuse pas tant que ça les anciens habitants des bidonvilles) a participé à la conception de cet album. Dommage, car lorsque Seu Jorge montre des océans de tendresse en restant fidèle à ses traditions ( » Tive Razao « ,  » Fiore De La Citta « ), il entre réellement en état de grâce et grimpe au panthéon des plus fascinants musiciens brésiliens, même s’il ne compose quasiment aucun morceau de ce disque et qu’il n’y joue également que très peu d’instruments.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *