SILT : le livre retrouve le nord

SILT : le livre retrouve le nord

L’édition 2007 du Salon international du livre de Tanger  a été inaugurée mercredi 28 février. Cette onzième édition se veut plus proche du public puisque la majorité du programme se déroulera à la cinémathèque de Tanger. «Nous voulons à travers ce lieu, qui représente une partie de la mémoire de la ville, rapprocher le salon du public et effacer ainsi l’étiquette «de salon d’élite» qu’on lui a collé lors des précédentes éditions», a déclaré à ALM Larbi R’Miki, président de l’Association Tanger action culturelle ATRAC, partenaire de l’institut français du Nord dans l’organisation du SILT 2007.  
Pour M. R’Miki, la différence réside aussi dans le thème «l’étranger dans la langue» qui est un thème  aussi bien philosophique qu’identitaire.
«La problématique de la langue se pose de plus en plus, les gens ont des difficultés à se reconnaître dans la langue qu’ils utilisent. Alors que les précédentes éditions traitaient de thématiques liées à la politique et à la religion».
De son côté, le directeur de l’institut français du Nord, Gustave De Staël, a déclaré à ALM que le programme de cette édition «est destiné au grand public». Il a poursuivi: «Nous avons programmé pour cette année peu de tables rondes et de conférences mais beaucoup plus d’animation. Nous voulons ainsi faire de cette édition un lieu de dialogue et de rencontres. Nous avons invité des étudiants des différentes universités et écoles supérieures du Maroc à participer à la programmation de cette édition. Le programme comporte une table ronde «L’étranger dans la langue», qui sera animée par des étudiants de l’Université Abdelmalek Essaâdi», a précisé M. De Staël.
L’organisation de cette manifestation est estimée à 1,4 million de dirhams. «C’est très peu en comparaison avec le budget dépensé pour l’organisation des grands Salons comme celui de Casablanca», a tenu à rappeler R’Miki.
Pour Hicham Zarouili, enseignant dans un lycée à Tanger et grand habitué du SILT, «Le programme est varié puisqu’il comporte aussi des pièces de théâtre, des films et des expositions d’artistes. Seulement les thèmes choisis sont plus destinés aux élites qu’au grand public».
L’emplacement des stands de livres se trouve près du Souk de Sidi Bouâbid, un lieu stratégique entre le grand Socco et le marché central. A l’instar de Salah Bakkali, chauffeur de taxi et père de deux enfants, la plupart des Tangérois interrogés, ont déclaré qu’ils n’ont jamais entendu parler de ce Salon du livre.  Pour les organisateurs, cette édition se distinguera des précédentes éditions par l’invitation d’un grand nombre d’écrivains marocains. Plusieurs éditeurs aussi bien marocains qu’étrangers ont été invités à participer à cette édition. Le programme sera aussi marqué par des ateliers pour enfants qui traiteront du thème sur la préservation de l’eau et de la nature. 
La journée inaugurale a débuté par une table ronde sur la darija, qui a vu la participation de Réda Allali, Omar Berrada, Dominique Caubet, Driss Ksikès et Ahmed Lmsyeh. Le programme de cette journée a également comporté le vernissage des œuvres de l’artiste Khalil El Ghrib, la présentation de la pièce de théâtre «La nuit juste avant les forêts» de Bernard Marie Koltès et la projection de deux films marocains en darija.

DNCR à Tanger

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *