SNPM : Moujahid reconduit à la tête du syndicat

SNPM : Moujahid reconduit à la tête du syndicat

Le cinquième congrès du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) qui s’est tenu du 14 au 16 mai courant a clôturé ses travaux hier matin à Bouznika. Sous le thème : « La liberté de la presse, de l’information et le droit syndical, un même combat », ce congrès s’est achevé, entre autres, avec la reconduction de Younès Moujahid.
De ce fait, Younès moujahid a été réélu par acclamation pour assurer un troisième mandat d’une durée de trois ans. îl en a été de même pour Abdallah Bekkali, son 1er adjoint. Il a été également question de réorganiser la structure du syndicat. Les congressistes ont procédé à l’élection des nouveaux membres du Conseil administratif et du Bureau national. Ainsi, les membres du Conseil administratif sont désormais au nombre de 73 au lieu de 57. Pour ce qui est du Bureau national, celui ci compte actuellement 17 membres au lieu de 15. Le Conseil administratif a élu pour la première fois deux journalistes femmes à son Bureau national, en l’occurrence Malika Hatim et Najat Batal. Ce conseil a élu également Mohamed Serraj Daou, au poste de deuxième secrétaire général-adjoint.
Parallèlement aux élections, il a été question, lors de ce congrès, d’actualiser les dossiers revendicatifs, et de faire le point sur les progrès réalisés. Les travaux de ce congrès se sont déroulés dans le cadre de plusieurs commissions. Ainsi, on dénombre en tout un total de quatre commissions, celle de la stratégie d’action syndicale et des questions organisationnelles, « la commission de la presse écrite », « la commission des médias audiovisuels » et « la commission chargée de l’élaboration du communiqué final ». La première commission avait pour principal objectif d’élaborer un plan d’action du syndicat pour la prochaine période, et de régler les problèmes organisationnels. Des problèmes en rapport avec les développements que connaît le secteur de la presse au Maroc. La commission de la presse écrite a, de son côté, abordé les questions inhérentes à la presse sur support papier, électronique, au photo journalisme ainsi qu’à l’agence Maghreb Arabe Presse et à la presse régionale. Enfin, la commission des médias audiovisuels a poursuivi l’examen des perspectives de décentralisation au niveau de la TVM, de 2M et des radios nationales et régionales. A l’ouverture des travaux de ce cinquième congrès, M. Moujahid a justifié le choix du thème : « « la liberté de la presse, de l’information et le droit syndical, un même combat ». Selon lui, ce sujet reflète les ambitions et les préoccupations du syndicat. Des préoccupations qui se résument en la nécessité d’adhésion au débat politique et professionnel pour défendre la liberté de la presse. Outre cela, Younés Moujahid a déclaré également que la mise à niveau des différents secteurs médiatiques à travers la modernisation, constitue une dimension stratégique. Le secrétaire général du SNPM a appelé à l’ouverture d’un débat national sur les différentes questions posées pour arriver à un consensus.
Dans cette même lancée, M. Moujahid a passé en revue les différentes questions qu’a connues la scène médiatique ces dernières années, notamment concernant la liberté de la presse. À côté de la liberté de la presse figure également la question de la libéralisation de l’audiovisuel et la problématique de la déontologie professionnelle. Selon M. Moujahid, l’examen des dossiers s’est appuyé sur les références de principe des droits de l’Homme et l’évolution constante de la profession. En parallèle, M. Moujahid a tenu à rappeler que son syndicat était le premier à s’être intéressé à la problématique de la déontologie professionnelle. Selon lui, le syndicat est également le premier à avoir mené des campagnes contre la presse de caniveau. En effet, le SNPM a pris l’initiative de créer une instance indépendante de la déontologie de la presse et de la liberté d’expression. Sous le signe du changement et de la modernité, le cinquième congrès du SNPM s’est clôturé sur une note optimiste.
Des questions comme la libéralisation du secteur audiovisuel et la liberté de la presse sont aujourd’hui et plus que jamais à l’ordre du jour. Des objectifs que le Maroc se doit de concrétiser.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *