Sortir


Essaouira vibre au rythme du Festival des Gnaoua
 
 Durant quatre jours, les musiciens marocains occuperont le devant de la scène d’Essaouira. À commencer par les maâlems Gnaoua qui, pour cette 8ème édition (23-26 juin), ne seront pas moins de 21 à se produire sur sept sites du festival. Sur les scènes Moulay Hassan et Bab Marrakech, les déjà célèbres maâlems Hamid El Kasri, Abdeslam Alikane et son groupe Tyour Gnaoua, Mahmoud Guinea, Abdelkebir Merchane, Mustapha Bakbou, les maâlem Abdenbi, Kouyou et le très prometteur jeune Souiri Adil Amimi, se prêteront au jeu de la fusion avec des musiciens d’envergure venus des quatre coins du monde.
Sur les places de la médina, les lilas offriront au public un répertoire dans la pure tradition tagnaouite, au cours desquelles Abdelkader Ziraoui, Abdeslam Belghiti, Abdelkader Benthami, le maâlem Razouk, Allal Soudani, Ahmed Dkaki, Abdeltif Makhzoumi et le grand Gnaoui casablancais H’mida Boussou renoueront avec la tradition, à partir de minuit.
Les concerts acoustiques, seuls espaces payants du festival, accueilleront le jeune Seddik Laarch, le scénique Omar Hayat, le maâlem Kouyou, Abderrazak Moustaqim et le Tangérois Abdelwahad Stitou, en compagnie de quelques-uns des groupes invités étrangers. Chaque année, des jeunes groupes marocains montent sur les planches d’Essaouira, dévoilant toujours plus les puissantes avancées d’une jeunesse en plein boom musical.
Au programme de cette 8ème édition les surprenants Midnight Shems  de Kénitra et leur répertoire marocain a cappella, une vraie découverte qui promet de belles émotions. Les talentueux Tétouanais de Rif Gnawa, qui concoctent une fusion venue du Nord, où les Gnaoua côtoient le rock hispanisant. Quant aux Casablancais de Darga, ils assureront la première partie de Youssou N’Dour en clôture du festival.  Plus tournés vers la tradition, les groupes Louze Attagada de Casablanca et la Troupe Jouala d’Agadir seront aussi de la fête, revisitant les répertoires chaâbi, marsaoui, gnaoui, etc. tous deux fortement influencés par les légendes que sont Nass El Ghiwane et Jil Jilala.  Comme chaque année, des concerts off animeront également les après-midi du festival, permettant ainsi aux groupes folkloriques et autres confréries du Maroc de rendre publics des répertoires ancestraux d’une richesse étonnante, habituellement cantonnés aux contrées rurales. Ainsi la hadra de la confrérie des Hmadcha d’Essaouira, les rythmes houara des Gadiris de Lounassa et les hymnes du désert d’El Hassanin, originaires de Taroudant s’imposeront au grand jour.

Festival Gnaoua – Essaouira  Du 23 au 26 juin


Safar… ce voyage au goût de terre

 «Née sur les bases informelles de l’amitié, cette première création de la compagnie Numidia se veut avant tout un symbole de fusion. Ainsi, un danseur traditionnel de Zagora (jeux de Aqlal et de Daqqat’sif), une danseuse française d’origine marocaine, formée au Conservatoire supérieur de Paris, et deux musiciens marocains autodidactes se rencontrent.
Ensemble, et à partir de ce qu’ils portent en eux, héritages culturels et traditionnels, ils tentent ici d’introduire comment ils se perçoivent dans la société contemporaine, de faire part de leur perception et de leur ressenti ». Retraçant le voyage physique et spirituel d’une fille d’immigrés vers son pays d’origine à la recherche de ses racines, de sa terre, de son identité, cette pièce met en scène les rencontres, les espoirs, les désillusions et les rêves d’une jeunesse en quête de réalisation personnelle. Amal Hadrami avec Abdelhamid Nejmi, Mustapha Ahbourrou, Younès Atbane et Zouheir Atbane jouent ensemble dans «Safar… ce voyage au goût de terre».
Suite à l’aventure menée en décembre par le chorégraphe Khalid Bengrib (création du spectacle Western Palace) quatre de ces jeunes casablancais poursuivent leur travail. « Depuis l’expérience de la création de Western Palace, la vision que nous avons de notre pays et notre quotidien s’est encore élargie. Cela nous a donné l’envie de poursuivre cette histoire et notre travail de recherche chorégraphique en nous inspirant des rues de Casablanca. On a commencé à chercher plus près de nous, près de nos corps, là où est gravée notre histoire », annoncent-ils. 

« Safar… ce voyage au goût de terre » Casablanca – 20 juin



Troisième concours national de musique

 La troisième édition du concours national de musique sera organisée du 25 juin au 3 juillet à Rabat et à Casablanca à l’initiative de l’Ecole internationale de musique et de danse de Casablanca (EIMD), avec la participation de 350 jeunes pianistes.
À travers cet événement, l’EIMD ambitionne non seulement de contribuer au développement de la musique classique mais aussi de créer un climat d’émulation chez les jeunes musiciens et surtout participer à la reconnaissance de leur talent. Lors de cette compétition, ces jeunes se mesureront devant un jury présidé par Abdel Rahman El Bacha, pianiste-concertiste de renommée internationale, indique mercredi un communiqué de l’EIMD, ajoutant que les jeunes primés seront récompensés lors d’une soirée qui leur sera entièrement dédiée.
Les candidats exécuteront les morceaux du répertoire de leur catégorie dont les meilleurs seront sélectionnés pour jouer lors du concert de clôture. Les premiers prix vont interpréter une œuvre de leur programme. Cette manifestation sera rehaussée par des concerts donnés par Abdel Rahman  El Bacha, accompagné par l’orchestre philharmonique du Maroc sous la direction de Jean-Charles Biondi.
Bénéficiant du soutien de la Banque marocaine du commerce et de l’industrie (BMCI), cette manifestation dédiée au piano et au violon avait remporté, lors de ses deux premières éditions, un franc succès et permis de découvrir plusieurs virtuoses parmi les quelque 250 jeunes participants. Né en 1958 à Beyrouth, Abdel Rahman El Bacha est lauréat du Conservatoire national de musique de Paris. Ce grand pianiste franco-libanais a remporté en 1978 le concours Reine Elisabeth de Belgique et le prix du public.


Troisième concours national de musique Du 25 juin au 3 juillet – Rabat

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *