Sortir

 Essaouira : La caravane des arts
La ville d’Essaouira abritera, du 12 au 17 août prochain, la première édition de la Caravane des arts de la rue, une manifestation culturelle initiée par l’association « Akal » sous le signe "L’art au service de l’environnement". Cette Caravane se veut, selon ses organisateurs, un espace d’échange et de rencontres culturelles accessible à tout le public, le but étant d’animer la cité des Alizés, une semaine durant, en programmant une variété de disciplines artistiques et culturelles. Elle a également pour objectif la valorisation des pratiques artistiques des jeunes et leur encadrement, l’incitation à la réflexion et à la recherche sur les différentes formes d’art et de culture comme moyen éducatif et de communication au service d’un développement socioculturel équilibré, et ce à travers différents ateliers, exposés, conférences, spectacles et représentations prévus lors de cette édition. Fidèle à ses objectifs socioculturels et soucieuse de la sauvegarde de l’environnement, l’association Akal ambitionne de même, avec l’aide de spécialistes de l’environnement et d’écologistes, de sensibiliser les enfants Souiris, et à travers eux toute la population de la ville, à l’importance de la protection de l’environnement.
Plusieurs activités sont envisagées dans le cadre de cet événement culturel, entre autres, une caravane de chameaux et de chameliers déguisés en personnages  de théâtre, un carnaval, des expositions, des conférences et des ateliers pédagogiques sur le thème "L’art et l’environnement", la création d’espaces verts, ainsi que des ateliers de théâtre, de peinture, de conte et de  poésie. Des spectacles de danse, de théâtre et de marionnettes, des jongleurs, des concerts de musique acoustique, des veillées de contes et une soirée poétique figurent également au menu de cette édition, outre des ateliers de peinture et d’arts graphiques qui seront organisés et animés par des professionnels des arts plastiques, au profit des enfants, des jeunes et des amateurs de tout âge. L’association Akal, que préside l’artiste Sadya Bairou, s’est fixée notamment comme objectif, depuis sa création en mars 2004, la contribution à la promotion des actions culturelles et artistiques, la participation aux diverses activités et manifestations culturelles, artistiques et sociales locales, nationales et internationales, et l’organisation d’ateliers et séminaires d’information et de formation sur des sujets se rapportant au développement social, à l’art et à l’environnement.

Caravane des arts Du 12 au 17 août  – Essaouira


Oujda : Festival du film maghrébin
La salle de cinéma "Paris" a abrité, lundi soir, la cérémonie d’ouverture de la première édition du festival du film maghrébin,
organisé jusqu’au 23 juillet, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. En accueillant cet événement artistique, la capitale de l’Oriental et du cinéma maghrébin, qui est un carrefour situé au centre de la région, constitue un lieu idéal et symbolique pour l’organisation de ce festival qui pourrait représenter une plate-forme d’échanges entre les créateurs et les industriels de la cérémonie d’ouverture, des intervenants ont souligné l’importance de cet événement artistique qui ambitionne à répondre aux aspirations de la ville en l’aidant à faire face aux défis qui s’imposent sur les plans géographique, civisationnel, social et culturel dans l’objectif d’intensifier les contacts entre les acteurs, sociaux  et culturels de la région et de réaliser l’unité maghrébine devenue une nécessité économique à l’heure de la mondialisation.
Le festival du film maghrébin, qui promet d’offrir une visibilité au cinéma de la région, intervient au moment idoine, puisque sa création s’inscrit  dans la dynamique que connaît le secteur, s’effectuant certes à vitesses différentes, mais qui s’affirme de plus en plus à l’échelle arabe, africaine, méditerranéenne et internationale. Ces intervenants ont, de même, appelé à oeuvrer à accompagner ce nouveau né dans la famille des manifestations culturelles et artistiques à travers une organisation et un choix judicieux pour que cet espace devienne un forum de communication et d’échanges d’expériences entre les composantes de l’art et de l’industrie cinématographique, à travers l’incitation de la coopération dans les domaines de la production et de
la commercialisation du film maghrébin. La région du Maghreb, connue pour sa créativité et le talent de ses cinéastes, souffre toutefois d’un problème majeur qui se situe au niveau du circuit de distribution encore monopolisé par tous les genres de films sauf ceux de leurs pays.

Festival du film maghrébin Jusqu’au 23 juillet – Oujda


 Imintanout : festival de l’émigré
La deuxième édition du Festival de l’émigré est prévue du 10 au 14 août à Imintanout, sous le signe "Développement: dialogue, communication et ouverture", à l’initiative du conseil municipal d’Imintanout et l’association du festival. Cette manifestation artistique vise, selon ses initiateurs, à célébrer l’émigré et œuvrer à tisser des liens de respect avec la prévalence de valeurs  de fraternité et de solidarité. Le festival tentera de mettre en exergue les créations des membres des communautés marocaines établies à l’étranger sur la base de la réintégration des enfants vivant sous d’autres cieux et la contribution à renforcer leur esprit d’appartenance à leur pays d’origine. Le programme de cette manifestation artistique s’articule autour de quatre axes principaux en l’occurrence le volet culturel, artistique, social et sportif. Le programme culturel du festival comprend des rencontres sur "La littérature et l’émigration", "Le patrimoine populaire et l’émigration", "Le cinéma et l’émigration", "La femme et l’émigration", "La loi et l’émigration" et une table ronde sur le thème "L’émigré et le développement rural" outre la représentation de la pièce de théâtre "Amezouak, l’émigré". Concernant le volet artistique, il y a lieu de signaler que le programme du festival sera marqué par la participation de nombreuses troupes populaires locales et nationales de Zagora, Kalaâ Mgouna, Aklakal, Ouarzazate, Tata, Abidat Rma, Ahouach Imintanout, Taskiouine, Aouad Haha, Nass El Ghiwane, Ahidous, Fatima El Houaria, Anouar Souss et l’artiste Hammou Aâkourane suivie d’allocutions de représentants de la communauté marocaine en France, Hollande, Italie, Belgique et en Allemagne. Sur le plan social, le programme comprend une opération de circoncision au profit des enfants de pauvres avec la contribution des émigrés, la distribution  de lunettes médicales, de chaises roulantes et de béquilles aux enfants de la ville issues de familles nécessiteuses ainsi que des examens médicaux au profit  des diabétiques et la distribution de médicaments aux émigrés à la retraite.

Festival de l’émigré Du 10 au 14 août  – Imintanout

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *