Sortir

Ferdaous en tournée pendante Ramadan
La chanteuse marocaine Ferdaous effectue une tournée à travers le Royaume durant le mois de Ramadan. Le répertoire de Ferdaous emprunte quelques chansons du classique arabe comme Oum Keltoum, Abdelwahab, Asmahan… ainsi que ses propres chansons. Récemment, elle a sorti son premier album, “Mounajate” dans lequel ont collaboré plusieurs compositeurs marocains (Azzedine Mountassir, Saïd Chraïbi, Mohamed Abdeljalil…).
 Les recettes des entrées aux concerts seront consacrées à l’action sociale : consultations et soins médicaux gratuits, distributions de denrées alimentaires et d’effets vestimentaires…
 Native de Meknès, cette jeune chanteuse de 23 ans est étudiante en management et communication dans une école privée de Casablanca. Elle a fait ses premiers débuts dans la chanson à l’âge de six ans, âge auquel elle a interprété “Lissa faker” d’Oum Keltoum.
 A dix ans, elle s’inscrit au conservatoire de musique de Meknès et travaille sa voix avec rigueur. A 11 ans, elle participe au concours de chant “Angham” au Théâtre Mohammed V de Rabat et, l’année suivante, fait une apparition très remarquée dans l’émission de RTM “Musica”, en interprétant une chanson de Mohamed Abdelwahab. Ferdaous reçoit le prix de la meilleure voix de Meknès à 18 ans, à l’émission de 2M “Noujoum wa noujoum”. A 21 ans, elle décide de tenter sa chance dans les pays arabes. En Syrie, elle obtient un franc succès au festival d’Alep en 2004 et au Liban où elle est l’invitée d’honneur du festival de musique arabe et libanaise. Ferdaous s’impose aujourd’hui comme une nouvelle voix de la chanson marocaine.


Ferdaous en tournée Du 14 au 22 octobre Tanger,
 Meknès,  Rabat, Marrakech et Casablanca


TENJA à WASHINGTON
Le long métrage "Tenja" du réalisateur marocain Hassan Legzouli est retenu parmi les neuf films qui seront diffusés dans le cadre du festival du cinéma arabe "Arabian Sights", qui se déroulera du 14 au 23 octobre à Washington.  Le film "Tenja" sera projeté à octobre en alternance avec d’autres films d’Algérie, Tunisie, Egypte, Liban, Canada, Hollande et Royaume- Uni. Plusieurs réalisateurs seront présents lors du festival pour présenter et débattre leurs œuvres avec les cinéphiles, indique un communiqué de l’association "The Washington, DC Film Society". 
Pour respecter les dernières volontés de son père qui souhaite être enseveli à sa mort dans son village natal du Haut Atlas, Nourddine va l’accompagner pour son ultime voyage et entreprendre un long périple pour découvrir son pays d’origine.
Hassan Legzouli, originaire d’El Adrej (Sefrou), est lauréat en 1994 de l’institut supérieur des arts des spectacles et Techniques de diffusion (INSAS) à Bruxelles (Belgique). Il compte à son actif plusieurs films en vidéo,  notamment "La rage du cœur" (1995), "Coup de Gigot" et "Chronique d’un deuil ordinaire" (1999). "Shouf Shouf Habibi", également programmé lors du festival du cinéma arabe de Washington, traite lui aussi du thème de l’immigration.

Arabian Sights Du 14 au 23 octobre
  – Washington


Festival international de luth de Tétouan
Le 6ème Festival international de luth de Tétouan aura enfin lieu. Prévu initialement pour mai, cet événement a été reporté trois fois pour se tenir en fin de compte du 21 au 23 octobre. Au programme cette année, trois soirées avec de grands maîtres du luth. En ouverture, le très célèbre luthiste marocain Saïd Chraïbi, accompagné de son instrument fétiche animera une des soirées. Il sera suivi par l’Afghan Khaled Arman, fils de l’un des plus grands guitaristes de son pays.  Samedi, le public tétouanais aura rendez-vous avec les luthistes jordaniens Sakhr Hatar, le Trio andalou (Maroc) et le palestinien Khaled Jabrane.
 La soirée de clôture sera animée par l’Iranien Sharmen Mowafaq, le libanais Zyad Rafik Al Ahmadi et le Marocain Nasser Houari.


Festival international de luth  Du 21 au 23 octobre
  – Tétouan

« La femme qui … » au Théâtre Mohammed V
Une nouvelle représentation de la pièce « La femme qui… » sera donnée vendredi 7 octobre au Théâtre nationale Mohammed V à Rabat. Écrite par Mohamed El Jem et mise en scène par Abdellatif Dechraoui, cette pièce est interprétée, entre autres acteurs, par Mohamed Bnou Lbar, Aziz Alaoui, Loubna Fassiki, Nezha Regragui, Fatima Benmeziane, Souâd Khouyi, Maria Sadik, Houda Soufiani et Mohamed El Jem. Une sorte de parodie du code de la famille  Elle traite du sujet très en vogue depuis quelques temps : celui de la Moudawana.



« La femme qui … » Le 7 octobre 2005

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *